Accéder au contenu principal

Articles

LE VÉTÉRAN #fightillustration #Fantasy

Les embruns, projetés par la houle et le vent, caressaient la coque du Téméraire . Le ciel était clair et majestueux. Le roulis apaisant ne faisait pourtant pas oublier à l’équipage qu’à tout moment un dragon des mers, bien que rares dans la région, pouvait briser le Téméraire en deux pour se délecter de leurs chaires. Le bateau, en ces lieux et en cette saison, restait pourtant le moyen le plus sûr et rapide de rejoindre le royaume de Glad. En évitant les eaux profondes, il y avait peu de chance de finir dans l’estomac d’un monstre marin.  Le navire voguait à bonne allure, l’équipage était expérimenté, de plus, le vent et les courants étaient favorables. Le voilier de cent pieds était modeste, mais rapide et parfaitement adapté pour la mer intérieure. Nelstang admirait l’organisation millimétrée de l’équipage quand le capitaine vint l’aborder : « À ce rythme, nous serons à destination demain à l’aube, monsieur, plus tôt que promis. Néanmoins, les océans d’Heldion restent i

 







Articles récents

ARDEON#1 - DÉSHONNEUR OU ESPOIR

Il devait être le milieu de la journée pour qu’un rayon de soleil parvienne ainsi à transpercer la pénombre de la cellule. Ardeon jonchait le sol et le trait de lumière finit sa course sur l’entaille, à peine nettoyée, qui barrait son dos nu. La dernière de ses nombreuses cicatrices. L’air humide de la prison souterraine était étouffant et irritant. — Comment tiens-tu encore ? Lui demanda son compagnon de cellule. — J’ai connu bien pire, lui répondit Ardeon d’un air las. L’autre afficha une grimace qui témoignait soit de son dégoût soit de ses doutes. Ardeon avait goûté à l’espoir de faire partie des grands avants de sombrer. Comment ne pas exploser comme une mécanique qui s’emballe après avoir subi, coup après coup, le deuil, le déshonneur et la trahison ? Comment ne pas couler dans la folie après avoir perdu tout ce à quoi l’on tient en une seule nuit ? Ardeon puisait ses dernières forces dans l’espoir de voir à nouveau le soleil, de pouvoir laver son honneur et d’un jour mériter et

Le Pacificateur #1 Port-Actorus

 Votre navire accoste à Port-Actorus. Vous débarquez avec Eldia, Fousian et son mentor. Après avoir souhaité bon courage à votre ami, il est temps de vous séparer. Le petit port est à la fois sobre et complet. Une petite citée basée sur le commerce maritime et la pêche.  Tout près du port, la grande place pavée voit tous les deux jours le marché local prendre vie. De cette grande place, la ville est découpée par trois grandes rues s’orientant vers l’ouest, le sud et l’est, découpant ainsi la cité en trois quartiers. Votre équipement est complet, mais vous pouvez néanmoins choisir d’arpenter le petit marché pour le compléter en vous rendant au 12. Si préférez quitter la cité portuaire pour vous lancer dans l’aventure rendez-vous au 18. Le jeu sera bientôt mis à jour, n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour en être informé et à partager la page de départ à vos amis pour comparer vos avancés et me soutenir. Début de la création du personnage

Le Pacificateur LDVELH# Le test d'Eldia

Vous interrogez Eldia sur sa manière de tester ses apprentis. Il est évident, au vu de sa courtoisie et pédagogie, qu’elle n’use pas de la même technique qu’Orebor. « Ai-je réellement besoin de te tester ? Si tu es là, c’est que tu as déjà fait tes preuves. Comme je te l’ai dit ce matin, je préfère te mettre en situation pour que tu apprennes vite. Sors ta carte et indique-moi le meilleur itinéraire selon toi. » Reportez-vous à votre carte : Qu'allez-vous proposer ? Marcher vers Tartinas. Marcher vers Eclop. Marcher vers le château perdu. Marcher vers le fort Illuminé. Réfléchissez-y bien avant de vous rendre au chapitre suivant.

Le Pacificateur LDVELH# Orebor et Fousian

 « Eh ! comment vas-tu ? » vous demande Fousian à votre approche. Il ne vous laisse pourtant le temps de répondre, vous attirant à l’écart. « Tu vois, je commence à l’amadouer, merci pour ton aide. » « Fousian vient par ici, puisque tu abordes le sujet, je vais t’expliquer la route que nous allons prendre. » Votre ami est accaparé par son mentor, vous les laissez donc. Qu’allez-vous faire ? Interrogé Eldia sur sa manière de tester ses apprentis. Faire le tour du navire pour repérer les lieux.

Le Pacificateur LDVELH# Apprenti modèle

« Ah oui aussi bien que lorsque tu as écouté en cours de géographie, rappelle-moi où nous allons ? » Réponds le nain renfrogné. « À Alfiona, maître Orebor, par delà l’empire Sitaro. Je me demandais d’ailleurs quel itinéraire allons-nous prendre, allons-nous faire étape par le royaume Glad et contourner l’empire par le nord ou allons prendre la mer à nouveau pour arriver par le sud ? » L’intérêt que porte le demi-elfe pour l’itinéraire et leur destination calme son mentor. Il réalise qu’il a corrigé son erreur de la veille. Cela vous rassure également. Que souhaitez-vous faire ? Interrogé Eldia sur sa manière de tester ses apprentis. Visiter le navire sur lequel vous venez d'embarquer.

Le Pacificateur LDVELH# A Bord

Vous arrivez sur le pont pour assister à une nouvelle crise du nain, mentor de votre ami Fousian. "Calmez-vous maître Orebor, je vous assure que je vous écoute attentivement. Déclare, gêné, votre ami." Eldia arrive à son tour et vous informe :  "Maître Orebor exagère, ne t'en fait pas, il se comporte toujours ainsi les premiers jours. C'est sa manière de tester ses nouveaux apprentis. Orebor a depuis longtemps fait ses preuves en tant que mentor." Ces paroles ne vous rassurent qu'à moitié. Si vous avez étudié la carte d'Heldion avec Fousian la veille, cliquez sur ce lien . Sinon cliquez ici.

Heldion le monde fantastique de Mojenn : les dragons & Drakiers

 Bonjour à tous ! Comme vous l’avez peut-être remarqué, mes dernières histoires ont toutes un point commun. Elle se déroule dans l’univers d’Heldion inspiré des cultures celtes et martiales et de mon imagination. Heldion est le monde que j’ai créé pour ce blog, mais aussi pour mes prochains livres. Vous pouvez d’ailleurs facilement intégrer mes trois derniers livres à cet univers et chercher à localiser leur emplacement sur la carte d’Heldion. N’hésitez pas à me faire part de vos découvertes dans les commentaires, je vous dirai si elles sont justes. Je vous propose aujourd’hui de découvrir un pan de l’histoire d’Heldion. Et, pour ce faire, je vous conduis dans le nord des terres connues. Plus précisément dans les monts décharnés.  Non, le nord d’Heldion n’est pas recouvert de neige, il s’agit plutôt d’un territoire aride dominé par la race Orc. Imaginez de vastes montagnes escarpées difficiles d'accès, des pierres tranchantes menaçant de vous entailler la chair au moindre faux pas.

KERTIAN & LES LAVANDIÈRES - Récit fantastique de Bretagne

  Bonjour à tous ! Voici une courte histoire pour vous faire découvrir mon travail d’ #auteur inspiré de la #Bretagne et autres horizons. Personne n’avait jamais osé braver l’Ankou !  Kertian n’avait pourtant pas l’intention de trépasser aujourd’hui. Il avait une mission à accomplir : accompagner Azenor jusqu’à Avallon. Il tiendrait promesse. La pointe de sa lance, cadeau du dieu Lug, s’illumina, prête à défier l’envoyé de la mort en personne. Il n’avait pas affronté dragon, bugul noz et guerriers fauves pour trépasser maintenant, si près du but…  Envie d’en découvrir plus ? Voici la première partie de cette histoire :  KERTIAN ET LE BUGUL NOZ DU RIANT - folklore breton Si vous l’avez déjà lu, il est temps pour moi de vous livrer la suite : Kertian suivait le bugul-noz avec méfiance. « Où me mènes-tu ? Lui demanda-t-il « Là où un mortel ne peut aller seul, j’ai entendu dire que des esprits tourmentés emprisonnent des mortels. C’est ce qui vous arrive lorsque vous n’écoutez pas mes av

LE GUERRIER ET LE MONSTRE

Laissez-moi vous raconter l’histoire de Maximus le guerrier. Cette histoire est directement inspiré du terrible combats que mène Max (11 ans) et sa famille face à la maladie. C'est toi qui ma inspiré ce conte Max, toi qui te bats comme un guerrier d'élite ! Cette histoire commence il y a fort longtemps dans les terres centrales d’Heldion. Maximus était un fort et beau guerrier qui faisait partie de la garde de nuit de Filandre. Un soir, alors qu’il faisait une ronde de reconnaissance, le fier guerrier fut surpris par une terrible créature : un Ostéocar. Cette créature immonde mesurait prêt de deux fois sa taille, noire comme la nuit, visqueuse comme si elle était recouverte de térébenthine, mais surtout puissante comme un ours. Elle frappa lâchement le guerrier en bondissant d'un bosquet alors qu’il passait a sa hauteur, entaillant son épaule de ses griffes tranchantes. Ce dernier recula néanmoins rapidement d’un réflexe prodigieux.  Sa blessure lui fit atrocement mal, mais

** TOUS LES ARTICLES DU BLOG ICI **

 







Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required

PARTENARIAT AUDIBLE