Accéder au contenu principal

 





IMMERSION DANS MON FUTUR ROMAN



Bonjour à tous, je vous propose aujourd'hui une petite immersion avec l'un des personnages principaux de mon roman en cours d'écriture. Vos avis et commentaires constructifs sont bien sur les bienvenues !

Pour ce nouveau texte je vous propose une nouvelle expérience, vous avez la possibilité de cliquer sur le lien ci-dessous pour écouter une bande son d'ambiance et être ainsi plus immergé dans le texte.
Bonne lecture.




Cette nuit est relativement claire. Le ciel dégagé laisse apercevoir les étoiles et une lune quasiment pleine qui brillent d'un ton légèrement bleuté, frais et enivrant. Le vent souffle dans les branches des chênes, frênes et autres arbres ou conifères qui composent cette forêt ancestrale dans laquelle je me cache cette nuit. J’espère de tout cœur être à l'abri jusqu'au petit matin. Je m'assois au pied d'un vieil arbre centenaire, un peuplier si je ne me trompe pas, l'arbre chéri des druides pour la récolte du gui. Tiens, je ne me rappelle pas ou j'ai pu apprendre cela ! Peu importe je sens en moi le changement qui s’opère déjà. Résigné, je me suis enfoncé au cœur de cette vaste forêt du centre Bretagne. Une chouette hulule non loin de moi, un corbeau l'accompagne de temps à autre et leurs cris se mêlent à la mélodie du vent, des branches et des grillons, on se croit presque dans le Sud. Je ferme les yeux et m'abandonne à mon triste sort, j'attends. Je ne pense plus à rien, écoutant la symphonie de la nature, me surprenant même à me dire que sans ce malheur, je n'aurais probablement jamais vécu un tel moment. La forêt m'apaise pour le moment, mais je sens que dans cette quiétude qui s’avère être un réel paradoxe vis à vis de ma situation, cette chose s'éveille en moi. C'est ma faute, je l'ai acceptée pensant faire le bien. Maintenant, elle me possède chaque nuit malgré ma résistance. Pour la première fois depuis que j'ai compris je ne lutte pas, espérant m'être mis à l'abri, ou plutôt espérant avoir mis les autres à l'abri. Je fais le vide en moi, ne pensant plus à rien, écoutant simplement ce qui m'entoure, ce calme magnifique, ce chant de la vie qui vibre à une fréquence bien ordonnée au cœur de ces bois. J'ai la sensation d'être en harmonie avec ses habitants, anticipant presque le moment ou le corbeau va répondre à cette chouette, essayant de visualiser le mouvement des branches balayées par le vent. J'ai même la sensation que détendu je peux retarder le moment ou cette chose viendra me posséder. J'ouvre un court instant les yeux suite à un craquement de bois sec qui m'a alerté, ma peau est déjà très pâle, malgré la nuit, on peut discerner ma couleur, celle d'un cadavre comme tous les soirs dans la profondeur de la nuit. Je laisse à nouveau mes yeux ce fermer n’ayant vu aucun danger et sentant que le moment approche, angoissé mais résigné, conscient d'avoir fait le maximum pour isoler ce monstre que je suis devenu. L'heure est arrivée et je perds doucement toutes sensations et discernements, pourtant mon corps lui ne fait que gagner en puissance et en force, puis plus rien.



Commentaires

 





Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required