Accéder au contenu principal




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :

       

PASHUPATI (ASIE) ET CERNUNNOS (BRETAGNE)


Cloîtré chez moi par la grippe, j'en profite pour me documenter et écrire. Et je découvre des liens surprenants entre les croyances pratiquées avant notre ère sur les sols de Bretagne (Celtes) et d'Inde !







Pashupati


Mohenjo-daro est un site important de la civilisation de la vallée de l'Indus, on y trouve les vestiges d'une des plus grandes cités de l'âge du bronze indien. Il est situé au Pakistan à 300 km au nord-nord-est de Karachi. Ayant subi peu de dégradations modernes, son état de conservation est meilleur que celui d'Harappâ, et par suite, c'est une importante source d'informations sur la civilisation à laquelle la ville appartenait. Elle a été construite durant le IIIe millénaire av. J.-C. et a été abandonnée à la fin du xviiie siècle av. J.-C., vraisemblablement en raison d'un changement du cours du fleuve Indus.

Sur place on été découverte les plus ancienne représentations de Pashupati qui désigne dans l'hindouisme le dieu Shiva, sous la forme du "Maître des créatures" ou du "Maître du troupeau". Il est une des formes les plus anciennes de Shiva.






Pashupati est utilisé dans le Rig-veda comme une des épithètes de Rudra, divinité védique des animaux, de la mort et des orages. Se fondant sur cette signification, John Marshall a interprété un sceau de Mohenjo-daro dans la vallée de l'Indus comme un proto-Shiva. Cette hypothèse est toutefois encore discutée par les spécialistes. Pashupati présente des similitudes avec les dieux pré-chrétiens d'Europe, comme le Cernunnos du chaudron de Gundestrup, similitudes observées également sur de nombreux points du culte.



Intéressons-nous alors de plus près à Shiva, la représentation plus moderne de Pashupati :



Shiva (sanskrit IAST : Śiva ; devanagari : शिव ; transcrit parfois par Çiva, « le bon, celui qui porte bonheur ») est un dieu hindou, membre de la Trimūrti avec Brahmā et Vishnou. Le premier nom de Shiva fut Indra, le fulgurant. Shiva est quelquefois considéré comme le dieu du yoga et est représenté en tant que yogi qui possède la connaissance universelle, suprême et absolue, voire dans un état « au-delà de la connaissance ». Doté d'un grand pouvoir, il mène une vie de sage sur le mont Kailash. La tradition shivaïte de l'hindouisme est centrée sur Shiva, considéré dans cinq grandes fonctions : il est le créateur, le préservateur, le transformateur, le dissimulateur et le révélateur (par la bénédiction).






Shiva dansant représente l'âme universelle et éternelle irradiant toute l'énergie (shakti), notamment par le symbole du feu destructeur et créateur. Cette danse continue engendre la succession des jours et des nuits, le cycle des saisons et celui de la naissance et de la mort. À terme, son énergie provoquera la destruction de l'univers, puis le fera renaître. Cette danse de création du monde symbolise le processus éternel.



Sachant que l'Hindouisme est à la base du Bouddhisme, lui-même à la base du Budo je trouve ces éléments important pour le pratiquant martial que je suis.



Mais quel est le rapport avec la Bretagne ?



Et bien ceci :




Cernunnos (ou Carnunnos, Cernunnus, Kernunnos) "Le Dieu  Cornu" est le dieu Celte de la virilité, des richesses, des régions boisées, des animaux, de la régénération de la vie et le gardien des portes de l'autre monde. 
Cernunnos incarnerait le cycle biologique de la nature, reflétant simultanément la vie et la mort, la germination et le dépérissement, à l'image du cerf, l'animal qui le symbolise, lequel perd ses bois en hiver pour les recouvrer au printemps. Fréquemment associé à la Déesse-mère, une autre figure majeure du panthéon celtique, il représenterait par ailleurs la puissance masculine et la fécondité.

Cernunnos est assis en tailleur, à la manière « bouddhique ». Cette posture est traditionnelle des dieux et des héros celtes, représentés en tailleur. On retrouve cette figuration chez les guerriers accroupis découverts, en 1860, à Roquepertuse dans les Bouches-du-Rhône. Il apparaît également dans cette position sur certains monuments de Reims, de Vendœuvres, de Saintes ou encore de Sommerecourt.



Conclusion


Grosse similitude donc entre Pashupati (Shiva) et Cernunnos, même rapport avec la nature, le cycle des jours et saisons, de la vie et la mort. Les deux seraient associés (mariés) à la Déesse mère. 

Deux entités utilisant des symboles similaires ayant des représentations proches représentés par des peuples ayant vécu a plus 7 000 kms l'un de l'autre il y a plus de 4 000 ans.

De là à penser qu'il ne s'agit que d'une seule et même entité issue d'une croyance ancienne et universelle, il n'y a qu'un pas qu'il est libre à chacun de franchir ou pas.





As-tu apprécié cet article ?

Pour me soutenir et en découvrir de nouveaux, n'hésitez pas à partager mes récits aux plus grands nombres et a vous inscrire à la newsletter en haut sur la droite ... gauche 👈😄 ou en bas de page.

Je t'ai aussi préparer un CADEAU ! Le voici :

en cliquant sur ce lien tu vas pouvoir télécharger DEUX eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" ET/OU Mon BEST OF des articles sur la BRETAGNE

Tu y découvriras mes conseils, mes meilleurs articles et plus !

Télécharger les eBooks GRATUITEMENT 


Je te propose ensuite l'article suivant : 

5 POINTS COMMUNS INSOLITES KARATÉ / BRETAGNE




Vous pouvez également vous procurer l'un de mes livres déjà parus sur Amazon, la FNAC, Play Store ou à prix libre sur Payhip.


Merci de me lire et à bientôt pour de nouvelles aventures.





Connaissez-vous d'autres exemples ?
Laissez-nous vos découvertes en commentaire que tout le monde en profite 😉.


Commentaires

  1. Nous sommes issus de peuples venus d'Asie et de langues indo-européennes. C'est pas vraiment une coïncidence mais une mémoire collective.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous !
Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ?



Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉.
Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite.

Je vous mets le lien en fin d'article.

Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)?
Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui.

On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article : 5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO)




C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démonstration qui aura lieu devant plus de deux cents expe…

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!!

Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel. L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire.


Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu ». La seule significa…

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers !

Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet.





Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés.


Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰Enpi - Empi - Wansu - Wanshu

J'ai …

Vous en voulez plus ?

S'abonner

* indicates required
Ce qui vous intéresse




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :