Accéder au contenu principal




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :

       

L’INTERROGATION D’ALENTHIL

Bonjour à tous, voici le début d'une histoire d'un nouveau style, écrite depuis quelque temps, je vous la partage maintenant, après avoir finaliser mon dernier projet.



ESPARON



Bienvenue sur la planète Esparon, peuplée d’humanoïdes dépassants de très loin les Terriens en technologie et en science. Ils ont réussi à créer et paramétrer la vie à travers l'informatique organique. Les Esparoniens ont ainsi créé des êtres vivants pour les servir et réaliser les tâches du quotidien. Alenthil est l'un d'entre eux, paramétré pour faire partie de la garde royale, mais il se questionne anormalement sur le but de son existence.






L’INTERROGATION D’ALENTHIL


- Bonjour Maître, dit Alenthil en s'inclinant devant le vieux maître d'armes chargé de perfectionner sa maîtrise au combat.

- Bonjour Alenthil, tu es en avance comme à ton habitude, très bien commençons.

Le vieux maître était un ancien Garde Royal "TZ4", mais son usure ne lui permettait plus d'atteindre un rendement maximum, il fut donc remplacé par la génération "TZ5". Mais celui-ci avait encore suffisamment de ressource pour maintenir en forme et perfectionner la future génération "TZ6" qui devait entrer en vigueur dans quelques lunes.

- Aujourd'hui, nous allons travailler tes réflexes en combat rapproché sans armes, une sorte de récréation pour toi qui dispose d'une création parfaite. Complimenta le formateur.

- Merci maître, travailler à vos côtés me paraît pourtant enrichissant, je ressens quelque chose en moi à chaque fois. Répondit Alenthil.

- Nous ne sommes pas paramétrés pour ressentir la moindre émotion, tu veux certainement parler de l'expérience, tu as beau avoir été créé parfait pour tes tâches, mais l'expérience t'améliorera encore et c'est bien à cela que sert mon recyclage.

Les deux serviteurs s'exercèrent à l'art du combat à main nue durant plus d'une heure, le TZ4 fatiguait néanmoins plus vite que son cadet, il se positionnait alors sur le côté et donnait le compte pour qu'Alenthil réalise un enchaînement de techniques plus puissantes les unes que les autres. Au premier compte de l'ancien, il commença par balayer le sol de sa jambe droite de manière circulaire, et dans la même rotation, il expédia sa jambe gauche à hauteur de son visage, au compte suivant il fit un salto avant ponctué de trois coups de poing direct et un circulaire qui devint, dans le même mouvement, un coup de coude au visage, le compte suivant du maître ne laissa pas plus le temps à Alenthil pour récupérer que les précédents, mais celui-ci ne broncha pas et enchaîna un coup de pied retourné et sauté. Le maître lui fit répéter cet enchaînement dix fois à la suite avant d’arrêter, satisfait d'avoir pu constater que son élève ne présentait aucun défaut de fonctionnement. Il ne paraissait pas vraiment fatigué d'ailleurs.

- Bien, méditons un moment pour calmer les pulsations de ton coeur. Déclara le TZ4.

Alenthil acquiesça et s'agenouilla en face de son aîné. La méditation durait déjà depuis quelques minutes quand Alenthil se surprit à penser. Il fut surprit, car ses pensées sont uniquement à but utile, mais là elles divaguaient. Il se demandait ce qu'allait devenir ce TZ4 avec lequel il avait passé tant de temps. Il ressentait quelque chose de désagréable, mais d'indéfinissable en pensant qu'il risquait fortement de finir en destruction lorsque son travail serait fini. Il n'était pas programmé pour avoir de telle pensé et prit peur. Ouvrant les yeux il vit son vieux maître paisible en face de lui. C'était-il, lui-même, déjà posé cette question, et pourquoi tous les servants trouvaient cela naturel de finir en destruction alors que les Esparoniens, eux, s'éteignent d'eux-mêmes et ne vont jamais à la destruction. L'ancien garde royal ouvrit à son tour les yeux. Il ne montra pas de signe particulier de surprise en constatant qu'Alenthil n'avait pas attendu son signal pour ouvrir les siens.

- Y a-t-il un problème Alenthil ? Questionna le maître sereinement.

- Je ... Je me demande pourquoi nos propriétaires nous mettent à la destruction au lieu de nous laisser nous éteindre comme ils le font eux.

- Enfin Alenthil, tu sais que nous ne sommes pas des Esparoniens, nous sommes leur création, ainsi nous servons à ce pour quoi nous sommes créés tant que cela est possible, et comme n'importe quel outil, si nous ne sommes plus utiles, ils nous détruisent pour ne pas encombrer la planète. Cela est tout naturel.

- Oui maître, je ne sais pas pourquoi je me pose cette question, cela ne m'était encore jamais arrivé. Répondit gêner le futur garde.

- Je vais demander que tu bénéficies d'une révision afin de vérifier si tu n'as pas été infecté par un virus quelconque qui pourrait endommager ta productivité. Déclara l’aîné en ce relevant.


- Bien maître, merci à vous. Alenthil s'inclina sur ses mots et prit congé sans se poser d'autres questions.









     

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous !
Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ?



Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉.
Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite.

Je vous mets le lien en fin d'article.

Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)?
Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui.

On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article : 5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO)




C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démonstration qui aura lieu devant plus de deux cents expe…

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!!

Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel. L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire.


Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu ». La seule significa…

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers !

Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet.





Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés.


Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰Enpi - Empi - Wansu - Wanshu

J'ai …

Vous en voulez plus ?

S'abonner

* indicates required
Ce qui vous intéresse




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :