Accéder au contenu principal




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :

       

AGE BRUTAL - ÉPISODE 3 Le Conseil

Bonjour à tous, voici un nouvel épisode du projet d'écriture Age Brutal, mon dernier projet de livre.
Retrouvez tous les épisodes précédents et bien plus encore dans l'onglet "Fantasy" du blog.

N'hésitez pas à découvrir les autres articles, à les commenter et les partager, cela me ferait vraiment plaisir et permettra de faire connaître mon travail.


Bonne lecture à vous !


On pouvait entendre la peur étreindre le cœur de chacun dans l'immensité de la plaine, car tous savaient qu'ils n'avaient plus que quelques heures de répit avant le fracas assourdissant de la guerre barbare.
Le chef de guerre Bolojax fixait d'un air sévère la ligne d'horizon par laquelle les troupes ennemies allaient surgirent. Ni la pluie battante, ni les vents puissant ne dérivaient son regard déterminé.

Quelques lunes plus tôt, je me préparais encore aux côtés de mon père pour assister aux conseils au bastion de Gaadjuh.

La soirée avait été riche en enseignement. Mon père et ses deux compères avaient longuement échangé leurs informations sans découvrir de raison évidente de convoquer ce conseil. Leurs grandes expériences ne les trahissaient pourtant pas, malgré l'envie de fêter leurs retrouvailles, aucun des chefs de guerre n'avait pu effacer leurs craintes de leur visage. À une exception prêt. Lorsqu'un marchand complètement saoul dû s'y reprendre à trois fois pour se lever de sa table et à quatre pour réussir à passer la porte de l'établissement.

Nous avions tous rit un bon coup, et Crazy profita de ce moment pour compter quelques anecdotes de batailles. Il racontait si bien que je m'imaginais fort bien chevauchant à leur coté et usant de stratégie pour emporter la victoire avec le minimum de pertes.

Je n'imaginais pas, à ce moment, que les champs de bataille étaient si proches de moi. Ma vision du combat et son parfum de gloire seraient bientôt revisités pour se couvrir du goût amer et cuivré du sang et du chaos.
Nous partîmes de bon matin pour rejoindre la salle du conseil au cœur du bastion, les bâtiments étaient harmonieux, et avaient un "je ne sais quoi" qui rappelait la nature. Comme s'ils étaient sortis de la terre à la manière des arbres. Mon père fit un signe de tête aux gardes en passant une nouvelle entrée, celle d'un bâtiment à la fois riche et sobre qui abritait les quartiers du Fédérateur. Ce bâtiment était sobre, aucune fioriture d'aucune sorte, néanmoins tout n'y était pensée et travaillée pour être utile, fonctionnel et agréable.

Au détour d'un large couloir je reconnais la large silhouette de Crazy, celui-ci était à quelques mètres devant nous accompagné d'un autre homme, ils entraient tous deux dans une grande pièce.

À notre tour, mon père et moi arrivions à hauteur de la large double porte en bois de chêne lorsque nous entendîmes une voix familière.

- Bande de goujats ! Honneur aux dames !

Nous nous sommes retournés d'un seul homme, j'aperçus furtivement un léger sourire aux lèvres de mon père lorsque Fanny passa entre nous sans même nous regarder.
- Elle est aussi puissante que son caractère. Me déclara mon père en m'invitant à entrer.

La salle du conseil pouvait contenir une cinquantaine de personnes, voire plus. En son centre une large table de bois, en ovale, attendait les chefs de guerre. une trentaine de fauteuils l'encerclaient dont une dizaine étaient déjà occupés.




Mon père m'introduisit auprès de plusieurs d'entre eux. Un vieux scribe, un guerrier borgne, tous étaient d'apparence simple, mon père lui-même, comme a son habitude, portait les mêmes vêtements qu'au quotidien. Pourtant tous dégageaient une énergie particulière qui en disait long sur leurs expériences et leurs rangs.

Mon père salua plus longuement un dénommé Tyzef, Crazy, Fanny et le fameux Gaadjuh. On sentait qu'avec ceux-là mon patriarche avait déjà risqué sa vie au nom de la liberté. Tous avaient combattu lors de la grande guerre pour repousser les tyrans.



Le conseil commença lorsque tous furent installés. Même si l'ambiance était de premiers abords conviviale, dès que le conseil commença je vis réapparaître les visages durs et interrogateurs.


- Les amis, vous vous doutez certainement que, si je vous ai, une fois de plus réuni ici, ce n'est pas pour rien. Gaadjuh donnait ainsi le ton et confirmait un peu plus les craintes de mon père et de ses acolytes;

- Je ne passerais pas par quatre chemins avec vous, notre clan a reçu de sérieuses menaces et tout prête à croire que nous allons essuyer des assauts de pillages.

Les mots du fédérateur furent d'une rare intensité pour moi. Les hommes et femmes aguerris qui encerclaient cette large table se dévisagèrent tous en silence avant qu'une voix puissante ne le brise. 

- Sur quoi son fondé ses craintes Gaad ? Demanda Crazy

- Nous avons d'abord reçu un message, nous demandant de céder des ressources, pierre, bois, ivoire et nourriture et des terres. J'ai fais envoyer un messager afin de répondre que nous sommes de la horde libre noire et que nous ne devons de tributs a aucune faction.


Le fédérateur eut un moment d’hésitation avant de reprendre, mais Fanny s'impatienta avant.
- Bien répondu, nous ne sommes pas vraiment inquiétés alors ?

- Eh bien, si.  Répondit Gaadjuh à la guerrière en faisant signe à un garde de s'approcher. Celui-ci tenait un coffre de bois de la taille d'un cahosaure à bout de bras. Il le posa devant Gaadjuh et s'éloigna aussitôt. Gaadjuh tourna le coffre d'un air résigné et l'ouvrit de manière à ce que toute l'assemblée puisse apercevoir son contenu.

- Voici leur réponse. Dit-il simplement au moment d'ouvrir la boîte.

Cette boîte contenait en réalité la tête d'un homme, le messager de Gaadjuh. Certains poussèrent un râle de dégoût, d'autres encore, comme Tyzef ou Fanny serrèrent les poings. Mon père fixait cette boîte sans aucune expression, comme perdu dans de profondes réflexions.

Fanny s'insurgea alors !
- Qui sont-ils, donne-moi leurs coordonnées et je rase leurs huttes !

- c'est OMF de la horde dite de l'amitié, surnommé les violets par rapport à leur blason.- Tu parles d'une horde de l'amitié, cet homme-là n'a pas été de leurs amis, et il n'était qu'un messager. Celui qui ose assassiner un messager ne cherche aucune amitié, ce clan profite des couleurs de sa horde pour semer le trouble et la mort. C'est la guerre et notre ennemi est vingt fois plus puissant que nous.Tout monde se tourna vers l'homme appuyé contre le mur au fond de la pièce.

Mon père me glissa à l'oreille :

- voici Aceprisme et il a raison.


Voilà comment commença cette guerre atroce !


... la suite dans le prochain épisode.



A PARTAGER SANS MODÉRATION





Ce texte fera parti de mon nouveau livre après une bonne correction et quelques améliorations. Profitez de la partager au plus grand nombre pendant qu'il est encore disponible.


Vous avez apprécié ce texte ? Pour me soutenir et découvrir comment Gwenved va faire face à ses nouvelles responsabilités et à la menace qui pèse sur lui et les siens, n'hésitez pas à partager mes récits aux plus grands nombres.


Vous pouvez également vous procurer l'un de mes livres déjà parus sur Amazon, la FNAC, Play Store ou à prix libre sur Payhip.


Merci de me lire et à bientôt pour de nouvelles aventures.





Voici mon dernier livre  :






Mes autres livres :

                  











Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous !
Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ?



Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉.
Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite.

Je vous mets le lien en fin d'article.

Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)?
Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui.

On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article : 5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO)




C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démonstration qui aura lieu devant plus de deux cents expe…

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!!

Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel. L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire.


Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu ». La seule significa…

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers !

Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet.





Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés.


Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰Enpi - Empi - Wansu - Wanshu

J'ai …

Vous en voulez plus ?

S'abonner

* indicates required
Ce qui vous intéresse




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :