Accéder au contenu principal




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :

       

ANKO ITOSU - GRAND-PÈRE DU KARATÉ MODERNE

Ankō Itosu est né autour de 1830 sur l’île d’Okinawa, dans la ville de Shuri.

Itosu Yasutsune (Anko),   a influencé l'histoire du karaté d'une façon capitale. En effet, il a formé plusieurs maîtres qui sont devenus, chacun, fondateur d'un style ou d'une école qui existent encore, et il a apporté de nombreuses réformes au karaté martial de cette époque, pour le rendre accessible à un plus grand nombre de personnes.




L'histoire du maître Itosu


C'est en grande partie grâce à lui que nous est parvenue la tradition du Shuri-te, l'école de Sokon Matsumura. Itosu fut surnommé de son vivant; la main sacrée du Shuri-te. Maître Itosu commence à étudier avec Maître Matsumura à l'âge de 16 ans. Une de ses grandes contributions à l'art du Tō-de, était la croyance ferme de l'importance du développement de la personne à travers l'étude des katas et du bunkai, l'application technique des katas.

Il fut rapidement engagé comme secrétaire personnel du roi Sho Tai, qu’il servit pendant 30 ans.  Pour Itosu, la vie était belle et plutôt tranquille jusqu’à ce jour de 1879 où les japonais du clan Satsuma envahirent l’île pour la soumettre au royaume du Japon. Les nobles dont faisait partie Itosu, se retrouvèrent aussitôt dans une grande indigence sous le nouveau régime.


Cependant, dès sa jeunesse, Itosu s’était déjà taillé une solide réputation dans le Karaté, notamment en remportant quelques combats. Parmi les histoires qui circulent à son sujet, en voici une. Un homme dénommé Tomoyose, qui représentait l'école du Naha-te, se moquait régulièrement du shuri-te en le traitant de « karaté de salon ». Le gang de Tomoyose attaqua Itosu, qui allongea les trois premiers agresseurs d’un seul coup de poing pour chacun. Tomoyose attaqua lui-même et se retrouva le bras cassé sur la défense d'Itosu. Le secret de sa force venait d’un entraînement incessant au makiwara. Gishin Funakoshi le fondateur du karaté shotokan, était l’un de ses élèves et se souvenait qu’il insistait pour que tous passe de longs moments à frapper le makiwara pour durcir les poings mais aussi les pieds. Une autre histoire (légende ?) plus connue raconte qu’un voleur trafiquait sa serrure pour entrer chez lui. Entendant ce bruit, Itosu frappa et traversa sa porte en bois d’un seul coup de poing, saisit le voleur par les habits et l’assomma contre la porte. Quelle que soit la véracité de cette histoire, une chose ressort des nombreux récits à son sujet : Itosu était un homme fort et très entraîné, il était reconnu pour sa capacité à encaisser des coups d'hommes plus grands et plus forts que lui sans montrer le moindre signe de douleur, ni être blessé.



Pour ne pas sombrer dans la misère la plus totale, il ne resta que l’enseignement du Shuri-te à Itosu pour pouvoir vivre. Jusqu’ici, l’enseignement des formes de combat à mains nues se pratiquaient à la fois dans le secret, au sein des familles ou des clans, mais surtout dans la classe supérieure de la société okinawaïenne (lire à ce sujet : L’art secret de la noblesse : le Karaté). Sans doute pour des raisons économiques, mais aussi certainement parce que les temps changeaient rapidement sur l’île, il décida d’enseigner à tous ceux qui pouvait payer d’une manière ou d’une autre. Mieux encore, il rendit l’enseignement public et favorisa l’ouverture de cours dans plusieurs dojos. Ce point-là est très important pour comprendre l’état d’esprit des premiers fondateurs des différents courants et l’idée de la diffusion de leur art au plus grand nombre.

Mais le grand changement qu’Itosu introduit dans le Shuri-te est de revisiter en profondeur cette discipline martiale. Jusqu’ici, les tenants du Shuri-te, Naha-te, Shorei-te et Tomari-te reproduisaient les formes de combats chinoises. Cela consistait en une succession de coups rapides mais pas toujours puissants, afin d’avoir le dessus sur l’adversaire, ou bien en des saisies, ou encore à frapper sur les points vitaux. Itosu simplifie les mouvements, favorise la ligne droite dans l’attaque, réduit les déplacements du corps, renforce celui-ci et surtout ses extrémités et va chercher à remporter le combat avec une seule frappe dure et définitive. Enfin il choisit de mettre l’accent sur les katas pour que les étudiants travaillent la forme et le fond en même temps, se renforce, mais aussi s’harmonise entre les écoles. Il modifie donc complètement cet art qui va rapidement devenir le Karaté d’Okinawa, tel qu’on le connait encore aujourd’hui. C’est la raison pour laquelle on le surnomme affectueusement le « grand-père du Karaté moderne ».


Les 10 Préceptes du karaté d'Itosu (Tode Jukun)


En octobre 1908, Itosu écrira Les 10 préceptes du karaté (Tode Jukun), lettre très influente qui dépassera les frontières d'Okinawa pour atteindre le cœur du Japon et attirer l'attention du Ministre de l'Education et du Ministre de la Guerre.

Voici une traduction de cette lettre :

« Les 10 préceptes du karaté

Le karaté ne s'est pas développé à partir du Bouddhisme ou du Confucianisme. Dans le passé, les enseignements des écoles Shorin et Shorei furent importés de Chine à Okinawa. Ces deux écoles ont chacune leurs points forts que je mentionnerai maintenant avant qu'il n'y ait trop de changements :

  1. On ne pratique pas le karaté uniquement pour son propre bénéfice : il peut être utilisé pour se protéger ou protéger sa famille ou son maître. Il n'est pas conçu pour être utilisé contre un seul assaillant mais comme une manière d'éviter un combat dans l'éventualité d'une rencontre malencontreuse avec un bandit ou une personne mal intentionnée.
  2. Le but du karaté est de rendre les muscles et les os durs comme le roc et d'utiliser les mains et les jambes comme des lances. Si les élèves commençaient à pratiquer le To-te ('Main de Chine') à l'école primaire, ils deviendraient de bonnes recrues militaires. Rappelez-vous de ces mots prononcés par le Duc de Wellington après sa victoire sur Napoléon : « Notre victoire d'aujourd'hui s'est faite dès nos cours d'école. »
  3. Le karaté ne s'apprend pas rapidement. Comme un taureau se déplaçant avec lenteur, il réussit à parcourir des milliers de kilomètres. Celui qui s'entraîne chaque jour avec assiduité pendant 3 à 4 années arrivera à comprendre le karaté. Ceux qui s'entraînent de cette manière découvriront le karaté.
  4. En karaté, l'entraînement des mains et des pieds est primordial. L'entraînement au makiwara (ou poteau de frappe) doit être approfondi. Pour ce faire, relâchez les épaules, ouvrez les poumons, retenez votre force, agrippez le sol avec vos pieds et descendez votre énergie vers votre abdomen inférieur (hara). Pratiquez en utilisant chaque bras cent à deux cents fois par jour.
  5. Quand on pratique les positions de To Te, il faut s'assurer de garder le dos droit, les épaules basses, mettre la force dans les jambes, assurer une position ferme et abaissez son énergie dans l'abdomen.
  6. Entraînez vous à ces techniques de manière répétée en en dispensant l'usage par la parole. Apprenez-en bien les applications et la manière et le moment de les appliquer quand c'est nécessaire. Pénétrez la défense, contrez, relâchez est la règle du torite (lâcher la main).
  7. Vous devez décider si le karaté est pour votre santé ou pour vous aider dans votre devoir.
  8. Quand vous vous entraînez, faites-le comme si vous étiez sur le champ de bataille. Votre regard doit être assuré, les épaules relâchées et le corps se durcir. Il faut toujours s'entraîner avec intensité et concentration (zanshin); ce faisant, vous serez naturellement prêt.
  9. Il ne faut pas se sur-entraîner, cela provoquerait une perte d'énergie du bas-ventre et endommagerait votre corps. Votre visage et vos yeux rougiront. Entraînez-vous de manière avisée.
  10. Dans le passé, les maîtres de karaté ont vécu vieux. Le karaté aide à développer les os et les muscles. Il aide à la digestion et à la circulation. Si le karaté était introduit dès l'école primaire (élémentaire) dans le programme scolaire, il produirait nombre d'hommes capables de vaincre dix assaillants. J'affirme avec conviction qu'on peut y arriver en enseignant le karaté à tous les élèves de l'école d'instituteurs d'Okinawa. Dès lors, ils pourront ensuite enseigner ce qu'ils auront appris après avoir obtenu leur diplôme. Je crois que ce serait un grand bénéfice pour notre nation et notre armée. J'espère que vous considèrerez ma suggestion avec la plus grande attention. »

— Anko Itosu, Octobre 1908


L'impact d'Ankō Itosu sur le karaté


Lorsque le Ministère de l' Éducation reconnut les mérites du Karate-dō, le gouvernement d’Okinawa introduit le karate au programme d'éducation physique du principal lycée d'Okinawa ainsi que dans la préparation des officiers de l'école militaire, et Itosu fut engagé comme enseignant en 1902 Cette étape fut capitale pour le développement ultérieur du karaté, car c'est la première fois qu'un art martial souvent transmis en secret sera enseigné au plus grand nombre.

Après avoir été gardé secret pendant plusieurs siècles, le karaté pouvait pour la première fois être enseigné au grand jour. À cette époque Funakoshi et ses collègues pratiquaient déjà le karaté depuis plus de dix ans, mais n'en disait rien à personne.

Maître Itosu a aussi organisé et transformé le To-de en une méthode de pratique standardisée. Lorsqu'il a commencé à enseigner dans le système scolaire, il commençait son  enseignement avec le kata Naihanchin. Il a rapidement réalisé que les katas anciens étaient beaucoup trop avancés pour les débutants, ce qui l'a amené  à créer un groupe de nouveaux katas; les Pinan.

 La création des cinq Pinan était basé sur les kata Kushanku, Patsai et quelques autres techniques significatives. Selon une autre hypothèse, il aurait créé les Pinan à partir de Chanan, un vieux kata d'origine chinoise pratiqué à Okinawa, et que l'on attribue parfois à Matsumura. Channan est aujourd'hui perdu.  Il a aussi transformé Naihanchi (Tekki) en trois kata; Tekki Shodan, Tekki Nidan et Tekki sandan..

Anko Itosu meurt en 1915, et aura formé les plus grands maîtres qui lui succèderont à Okinawa. Funakoshi doit à Maître Itosu l’apport technique et philosophique qu' il utilisera plus tard pour créer son école.

Dans son sillage, toute une génération de jeunes maîtres vont faire école et certains quitteront Okinawa pour essayer de toucher le cœur du Japon. C’est le cas bien entendu de Gishin Funakoshi et de son Karaté Shōtōkan. Kenwa Mabuni fut l’étudiant d’Itosu et il créa le Shitō-ryū. Chōjun Miyagi fut également influencé par Itosu à son retour de Chine et créa le Gōjū-ryū. Chibana Shōshin de son côté fut un autre de ses élèves, qui créa le Shorin-ryū. Hanashiro Shomo fut son élève le plus dévoué, qui aida non seulement Itosu à rédiger ses 10 préceptes, mais fut son héritier et changea le nom To-te (ou To-de) par Kara-te (la main vide). Hanashiro fut considéré comme le « grand parmi les grands maîtres ». En fait, toutes les branches du Karaté, à l’exception du Uechi-ryū et du Gōjū-ryū (où les maîtres sont allés en Chine pour étudier), peuvent remonter leur arbre généalogique jusqu’au maître Ankō Itosu, à une période où le Karaté ne s’appelait pas encore comme ça.

« Maintenant quand je regarde en arrière, je réalise que pour mes enfants et moi, nos deux générations, avons tous énormément bénéficié des enseignements de ces deux maîtres. Où trouverai-je les mots pour exprimer ma gratitude ?» Gichin Funakoshi




Motivez-vous à l'aide de quelques citations et faites vous plaisir !

Parcourez la Bretagne pour ceux qui l'aiment !

 Mettez votre karategi pour les budokas !





Voici mon dernier livre  :






Mes autres livres :

                  










Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous !
Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ?



Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉.
Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite.

Je vous mets le lien en fin d'article.

Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)?
Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui.

On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article : 5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO)




C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démonstration qui aura lieu devant plus de deux cents expe…

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!!

Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel. L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire.


Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu ». La seule significa…

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers !

Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet.





Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés.


Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰Enpi - Empi - Wansu - Wanshu

J'ai …

Vous en voulez plus ?

S'abonner

* indicates required
Ce qui vous intéresse




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :