Accéder au contenu principal




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :

       

5 POINTS COMMUNS INSOLITES KARATÉ / BRETAGNE

Bonjour à tous !


Je vous présente aujourd'hui 5 points communs entre la Bretagne et le karaté do, et vous le verrez, certains d'entre eux ne manque pas d'être insolite !

Vous découvrirez enfin, en partie, pourquoi ces deux thèmes figurent sur le même blog !

Commençons par le teaser de l'article :



1 - l'art du bâton


Oui l'art de combat au bâton est un point commun entre la Bretagne et les arts martiaux !
De tous temps le bâton fût une arme de défense facile a se procurer et plutôt efficace surtout quand on apprend a s'en servir. 




Vous connaissez certainement le jōdō ou plus généralement le kobudo qui l'inclus souvent. Les arts martiaux ont depuis longtemps inclus des techniques de combat au bâton comme le  jōdō qui est un art martial japonais utilisant un bâton droit de 1 mètre 28 de long et de 2,5 cm de diamètre (le jō).

Le jodo


La légende raconte que Muso Gonnosuke Katsukichi se soit rendu à Edo, actuelle Tōkyō, fraîchement nommée capitale par le shogunat Tokugawa. Il y affronta de nombreuses lames célèbres et ne fut jamais vaincu avant de se mesurer au célèbre Miyamoto Musashi qui le tint en échec grâce à une technique de parade à deux sabres en croix (Nito seiho). Après cette défaite amère Gonnosuke parcourra le pays pour y étudier de nombreux styles dans le but de  perfectionner son art et de prendre sa revanche sur Musashi.

Il se dit qu'il se retira pendant 37 jours dans le sanctuaire de Kanado. Une nuit, un messager divin lui apparut en songe sous la forme d'un enfant qui lui dit : « Trouve le plexus solaire avec un bâton rond. » S'inspirant de ce message céleste, Gonnosuke confectionna une nouvelle arme, c'était un simple bâton mesurant environ 30 cm de plus qu'un sabre moyen. 

Le jō était né.


https://www.deviantart.com/tag/bojutsu


Mais quel est le rapport avec la Bretagne ???

Le voici : 

le Penn bazh


Il s'agit du bâton traditionnel des bretons, il servait à marcher, mais aussi à se protéger en cas de nécessité. Un coup de penn bazh pouvait facilement briser les os, voire causer la mort comme ce fut le cas lors de la révolte du papier timbré de 1675 à l'origine des bonnets rouges.




Penn bazh désigne littéralement bout de bâton, gourdin. Taillé dans le buis, il présentait à l’une des extrémités un gros nœud de bois et à l’autre bout, une lanière permettant de la faire tournoyer.

De nombreux récits relatent la violence des combats de bâtons en Bretagne. Pour Baudry, dans "La Fontenelle, pendant la ligue 1574-1602", "aux mains d'un breton, un Penn Bazh est une arme terrible". Toujours à propos du bâton, J. Caudry en 1794 : "[Les Bretons] s'en servent avec une telle adresse, qu’il est impossible de les toucher avec un sabre, une épée, avec des pierres qu’on leur lance avec force".



D'autres, comme Chateaubriand ou le Rennais Paul Féval, relevaient également dans leurs écrits l'usage du Penn Bazh.

Le penn pazh est l'outils d'autodéfense par excellence des bretons,
équivalent à l'art de la canne il est travailler avec sérieux car en cas d'agression il était vital de savoir s'en servir en pleine campagne.

Heureusement il existe encore aujourd'hui des personnes qui entretiennent ces traditions bretonnes qui, comme le gouren, témoigne des arts guerriers élaborés autrefois en Bretagne.






2 - Histoire et annexion


Faut-il rappelé que le karaté vient d'Okinawa ?




Et l'histoire récente d'Okinawa ressemble cruellement à celle de la Bretagne.


Royaumes indépendants tournés vers la mer



Les marins d'Okinawa développe une riche activité commerciale vers la Corée où leurs navires sont présents dès 1389, le Japon, la Chine, l'Asie du Sud-Est et l'Indonésie.

La Bretagne est aussi un royaume profitant de la mer pour exporter ses richesses, étain, salaisons, tissus , ... . Ceux depuis des millénaires si l'on en crois les divers écrits dont ceux de César décrivant les Vénetes, peuple établi dans l'actuel Vannetais.


Invasions


Ryūkyū :

Toutefois, dès la fin du xvie siècle, le Japon tente de constituer sa propre zone d’influence, tel que le soulignent l’intensification du contrôle du littoral japonais et la tentative d’invasion de la Corée en 1592 par Toyotomi Hideyoshi (1536-1598). De surcroît, à la suite de l'avènement de son shogunat, Tokugawa Ieyasu (1542 – 1616) autorise la famille guerrière des Shimazu (clan Satsuma), à envahir le royaume de Ryūkyū en 1609. Pour le shogun, cette invasion permet de faire diversion auprès de guerriers vaincus et plus ou moins contestataires de son pouvoir. Mais en considérant la crainte des Japonais envers les étrangers, c’est un moyen d’établir un espace-tampon entre les Japon et les Occidentaux, au vu de leur expansion en Asie (notamment les Espagnols aux Philippines).


La Bretagne


Durant les siècles qui précèdent notre ère, est habitée par des peuples gaulois comme les Vénètes ou les Namnètes, avant que ces territoires ne soient conquis par Jules César en 57 av. J.-C., puis progressivement romanisés.


 


Les Bretons émigrent dans la péninsule armoricaine (aujourd’hui dénommée Bretagne), à partir du III ème siècle, par vagues successives, en partie en raison des invasions de l’Angleterre par les Angles et par les Saxons, en partie d’une manière spontanée, parce que ce vaste territoire est peu peuplé, qu’il jouit d’un climat meilleur.
Il existe des présomptions assez fortes pour penser que les Armoricains et les Bretons se mélangent sans trop de violence : les deux peuples entretiennent des rapports commerciaux depuis plusieurs siècles ; ils appartiennent à la même civilisation celte ; la Manche est une mer intérieure à l’Empire romain jusqu’à la fin du Vème siècle ; l’Armorique, enfin, peu peuplée, est en situation d’accueillir des populations nouvelles, sans qu’il soit besoin de combattre.

Les Francs tentent d’envahir la Bretagne à la tête d’armées nombreuses, parfois conduites par leurs rois et empereurs en personne (Pépin le Bref, Charlemagne, Louis le Pieux, Charles le Chauve...), en 753, 786,799, 811, 818, 824. Les Bretons défendant avec férocité leur territoire, les Francs ne parviennent à remporter que quelques succès brefs et géographiquement limités.




En 1487 et 1488, puis en 1491, les armées de Charles VIII envahissent la Bretagne. Le rapport des forces étant disproportionné, la Bretagne est vaincue ; ses armées sont détruites le 28 juillet 1488, à Saint Aubin-du-Cormier. Bien que mariée, d’une manière canoniquement valide avec Maximilien, roi des Romains (qui deviendra Empereur du Saint Empire en 1508), Anne se voit contrainte, sous l’effet des pressions auxquelles son jeune âge ne lui permet pas de résister, d’épouser le roi de France Charles VIII.


Annexion



Les Ryukyu


Néanmoins, après une victoire rapide, les Shimazu n’annexent que les îles Amami (les plus proches de Kyūshū). Toutefois, ils ne maintiennent le roi, Shō Nei (1587-1620) sur que par crainte de voir la Chine rompre tout accord avec les Ryūkyū, véritable porte ouverte sur un marché florissant alors que le Japon rentre dans une période de fermeture.

Ainsi, malgré une présence inconditionnelle, le Japon respecte l’altérité du peuple de Ryūkyū. Hormis les îles Amami, le territoire du royaume ne passe pas sous la coupe du Japon. Bien que l’héritage japonais soit caché, les Shimazu l’entretiennent, puisqu’ils s’appliquent à modifier les patronymes de certains aristocrates de Ryūkyū, y rajoutant des kanjis, afin de cultiver la distinction entre la civilisation japonaise et celle des Ryūkyū.


Les Ryûkyû sont finalement annexés par le Japon à la suite d'une guerre qui dura de 1872 à 1879 entre les deux pays et qui marque le début de l'expansionnisme nippon, lequel culminera sous l'ère Shōwa. À la fin de la guerre est décrété la création du département d’Okinawa (toponyme d’étymologie japonaise). Les autorités japonaises engagent de profondes réformes institutionnelles et aménagent des réseaux routiers et ferroviaires. Les Okinawaïens deviennent Japonais et le département est représentée à la Diète à partir de 1919. En ce sens, les autorités japonaises dénigrent l’altérité des Ryûkyû. L’assimilation de la population passe par un important réseau d’école pour l’enseignement massif du japonais (l’éducation représente la moitié du budget départemental).

Toutefois, l’altérité reste de mise : l'économie d’Okinawa est dominée par l’agriculture exotique, aux mains de capitaux extérieurs. Cette situation conduira à une forte émigration vers la métropole ou les pays étrangers. Par ailleurs, les Okinawaïens sont victimes de discriminations par les métropolitains, prisonniers d’une image « barbare » issue de leur altérité vis-à-vis du Japon (exemple du pavillon anthropologique de l'Exposition industrielle nationale d'Osaka en 1903).



La Bretagne


La Bretagne rattachée au royaume français retrouve une relative autonomie après le décès de Charles VIII et le remariage d'Anne de Bretagne avec Louis XII, bénéficiant d'institutions propres. Anne décède en janvier 1514, sa fille Claude lui succède en qualité de Duchesse mais meurt en 1524.  l’héritier légitime de la couronne ducale, Henry, deuxième fils de la duchesse Claude - en vertu du traité du 7 janvier 1499 -, est dépossédé de ses droits par le roi de France François Ier, au bénéfice de son frère aîné, François, dauphin, et héritier par ailleurs de la couronne de France. Dès lors l'autonomie de la Bretagne se dégrade jusqu'au coup de grâce : la Révolution française en 1789. La province est dissoute en 1790 et son territoire réparti entre les cinq départements des Côtes-du-Nord, du Finistère, d'Ille-et-Vilaine, de la Loire-inférieure (OUI OUI) et du Morbihan.


Ainsi les Ryukyu et la Bretagne ont vécus une annexion par la violence relativement similaire par des puissances voisines.




3 - Esprit guerrier



Qu'est ce que l'esprit guerrier ?




L'esprit guerrier n'est pas simplement faire la guerre ou se battre. C'est avant tout développer l'art du combat avec un certain dévouement, un code d'honneur entretenu à travers une philosophie qui revêt souvent un aspect spirituel.
Ces guerriers sont souvent professionnalisé tel que les chevaliers et les samouraïs.

Les Bushis "guerriers gentilhomme" apparaissent dans les récits japonais vers 800. Les guerriers et la guerre existait déjà auparavant mais c'est à travers eux que le bushido (do=voie) et les samouraïs se développeront. L'esprit guerrier japonais est donc millénaire. Ces guerriers étaient des cavaliers en armure dont l'arme principale était le yumi (arc). Ils étaient chargés de la protection des clans familiaux appelés uji. C'est cette proximité avec la noblesse qui est à l'origine de leur nom de « guerrier gentilhomme ».


En Armorique la tradition orale prévoyait sur l'écrit, ainsi les premières traces de "l'esprit guerrier" sont dénombrées soit par des voyageurs, soit par leurs ennemis. C'est surtout lors des invasions romaines que l'esprit guerrier des ancêtres des Bretons ce fût relaté. La résistance des Vénètes en Armorique fût héroïque sur terre et surtout en mer. En (grande) Bretagne, des chefs tel que Boticca ou Caratacos devinrent célèbre par leur résistance et leur sens de l'honneur. Chez les Celtes de l'époque la caste guerrière répondait à des croyances et des règles bien précises. Ainsi, les guerriers Celtes respectaient un calendrier bien précis, pendant les fêtes et selon les saisons les guerres entre clan pouvaient observer des trêves. 
Les bretons furent toujours considérés comme de bons guerriers, en témoigne leurs résistance pendant des siècles face aux Francs, anglais et Viking bien qu'ils ne furent pas toujours victorieux.

N'oublions pas l'ordre des chevaliers de la table ronde qui constituent un ordre mythique du folklore celtique et breton. Cet ordre légendaire était au service du roi Arthur que ce dernier a chargé de mener la quête du Graal et d'assurer la paix du royaume. 

Cet ordre est un vrai rappel aux samouraïs de la culture martiale.



4 - religions /traditions liées à la nature



Tout comme la religion, les Arts martiaux impliquent également l'harmonisation du corps et de l'esprit. Le shintoïsme, qui est considéré comme animiste et chamaniste, est la plus ancienne religion du Japon. Elle a donc fortement imprégné les valeurs du karaté do.


Dans le shintoïsme on retrouve dans chaque élément de la nature un kami à vénérer et à respecter tel que l’eau, le vent, la montagne, et même les ancêtres. Certains esprits peuvent être bienveillants et protecteurs, tandis que d’autres, des mauvais esprits, sont malfaisants. Aujourd'hui le shintoïsme et les kamis sont peu à peu absorbé par le bouddhisme, déclaré religion d'état depuis 592.

Le taoïsme a également grandement inspiré le coté spirituel des arts martiaux  en prônant la solidarité et l'harmonie entre la nature et l'homme.

Le lien entre le karaté et la nature est donc évident.

En Bretagne, bien avant les Celtes, les populations néolithiques ont érigé les menhirs, les cairns et tumuli, dont il nous reste les dolmens et les allées couvertes. Ces derniers avaient semblent avoir un usage funéraire et cultuel. La fonction des menhirs reste encore hypothétique mais on leur attribue désormais un usage de marqueur territorial associé à des fonctions religieuses ou telluriques. La religion druidique s'est répandue avec l'arrivée des Celtes, notamment en Gaule et dans les îles Britanniques. La religion des Celtes est également considéré comme animiste et chamaniste à l'image du dieu Kernunos le dieu cornu. Les lieux de cultes présidés par les druides étaient souvent des lieux naturels tel que des forêts, la relations avec la nature était sacrée, certains arbres comme l'if sont encore considéré comme tel aujourd'hui. 
La christianisation passa d'ailleurs par l’assimilation de certaines croyances et certains rites comme les troménies, les fontaines, les menhirs christianisés quand la destruction n'était pas possible. De nombreuses chapelles et églises ont d'ailleurs été érigées sur la base d'un mégalithe et/ou d'une fontaine sacrée.

Aujourd'hui encore, la nature est partie prenante du folklore et des traditions bretonnes.


5 Star Wars




Il est temps d'aborder un point commun à la fois ludique et troublant !

Oui G. Lucas se serait à la fois inspiré des mythes celtes tel que les chevalier de la table ronde, mais aussi des légendes martiales tel que les samouraï et le ki pour créer Star Wars !

Si je vous parle d'un ordre de pieux chevaliers avec une bonne dose de spiritualité charger de défendre la paix et placer sous l'autorité du pouvoir en place a quoi aller vous penser ?

  1. les chevaliers de la table ronde
  2. les samouraïs
  3. l'ordre jedi
Les trois réponses sont valides puisqu'il semblerait que les deux premiers ont considérablement inspiré le troisième.


La force !

Qu'est-ce que "la force" ?

"Dans l’univers de Star Wars, la Force est un champ d’énergie s’appliquant à tous les êtres vivants. La Force donne à ceux qui y sont sensibles différents pouvoirs plus ou moins puissants en fonction de la sensibilité avec celle-ci. Des micro-organismes nommés « midi-chloriens », qui vivent en symbiose chez la plupart des êtres vivants de la Galaxie, permettent à leurs hôtes d'être connectés à la Force."
Qu'est ce que le Ki ?

"Dans une approche spirituelle venant de chine et du japon, le chi ou ki est une énergie à l'origine de l'univers et relie les êtres et les choses entre eux : « nous ne possédons pas le chi, nous sommes le chi ! » Il circule à l'intérieur du corps par des méridiens qui se recoupent tous dans le « centre des énergies » appelé « champ du cinabre », tanden au Japon et dāntián en Chine. Il est présent dans toutes les manifestations de la nature." 


Voyez vous le lien entre le ki et la force ? Le ki a simplement inspiré la force.

Alors n'est-ce pas un point commun insolite ?

Je suis curieux de savoir si vous en avez d'autres, alors n'hésitez pas à laisser un commentaire !


Vous avez apprécié cet article ?
Pour me soutenir et en découvrir de nouveaux, n'hésitez pas à partager mes récits aux plus grands nombres et a vous inscrire à la newsletter en haut de page ou en cliquant sur l'animation ci-dessous.



MOJENN



Vous pouvez également vous procurer l'un de mes livres déjà parus sur Amazon, la FNAC, Play Store ou à prix libre sur Payhip.


Merci de me lire et à bientôt pour de nouvelles aventures.




Pour ne rien manquer :


Newsletter avec FeedBurner
Garantie 0% pubs mais 100% infos


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous !
Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ?



Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉.
Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite.

Je vous mets le lien en fin d'article.

Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)?
Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui.

On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article : 5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO)




C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démonstration qui aura lieu devant plus de deux cents expe…

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!!

Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel. L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire.


Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu ». La seule significa…

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers !

Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet.





Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés.


Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰Enpi - Empi - Wansu - Wanshu

J'ai …

Vous en voulez plus ?

S'abonner

* indicates required
Ce qui vous intéresse




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :