Accéder au contenu principal




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :

       

CARATACOS - CHEF BRETON FACE À L EMPIRE


Bonjour à tous !
Je vous ai déjà présenté de nombreux guerriers légendaires :


Mais savez-vous que la Bretagne n'est pas en reste ?

En effet, nous disposons de plus de deux millénaires d'histoire plutôt mouvementée comme je vous l'avais présenté, en partie, dans deux vidéos : 


Il est temps d'aborder les légendaires guerriers bretons qui ont fais face, notamment, à l'empire Romain !

Des chefs de guerre, et parfois de simples paysans révoltés possédant l’esprit guerriers  dignes des samouraïs, comme je l'abordais dans 5 POINTS COMMUNS INSOLITES KARATÉ / BRETAGNE.

Et pour ce faire, je vous propose de commencer par un guerrier impressionnant bien qu'il soit  trop méconnu selon moi :

Caratacos (latinisé en Caratacus) est un roi et chef militaire breton de la Bretagne insulaire qui a dirigé la résistance face à la conquête romaine de la Bretagne par Claude Ier en  43  jusqu'à sa capture en 51.







Caratacos


Il était le fils de l'un des plus grands rois bretons (de Grande-Bretagne), Cunobelinos, chef de la tribu des Catuvellauni et contemporain de la reine Icene Boudicca. Cette tribu occupait la région de Hertfordshire au nord de la rivière Thames et allait ensuite s'étendre au nord et à l'ouest. 




Les Catuvellauni auraient créé une économie prospère et pratiqué l'agriculture sur leur territoire. Après sa mort, le roi Cunobelinos a partager son royaume catuvellien  entre Caratacos et son frère Togodumnus. Les frères se retrouveraient à la tête des forces d'opposition à l' invasion romaine en 41.


La campagne lancée par les deux frères contre les envahisseurs dura près de neuf ans. Les Catuvellauni étaient connus pour être une tribu agressive et puissante, capable de défendre leurs territoires de l'invasion des Romains. Ils menèrent la résistance dans le sud-est de l'Angleterre contre les envahisseurs romains menés par Aulus Plautius.




La bataille de Medway a impliqué deux escarmouches dans l’est du Kent, qui ont obligé les tribus celtes à se déplacer plus à l’ouest sur les rives du fleuve pour faire face aux envahisseurs. Entre-temps, les Romains avaient obtenu la reddition de la tribu des Dobunni basée à l'ouest de la Grande-Bretagne. Il s'agissait d'une manœuvre tactiquement importante de la part des Romains, car les Dobunni étaient des sujets de la tribu des Catuvellauni. Diplomatiquement, c’était une victoire pour les Romains et un coup pour le moral de Caratacos et de ses hommes qui étaient également affaiblis sur le plan logistique avec moins d’hommes pour lutter pour la résistance.


Lors de la bataille de Medway, décrite par Cassius Dio qui devient la source principale de cette période, il n’existait aucun pont permettant aux troupes de traverser la rivière. Les auxiliaires romains ont donc traversé l’eau en nageant. L'attaque lancée par les Romains sous le commandement de Titus Flavius ​​Sabinus a complètement surpris les celtes, obligeant les tribus britanniques à retourner dans la Tamise pendant que les groupements tactiques romains pouvaient se frayer un chemin à travers le territoire nouvellement gagné. La bataille s’est avérée longue, inhabituelle pour la période historique et il semble probable que de nombreux celtes ont perdu la vie. Ceux qui ont survécu ont regagné la Tamise, offrant ainsi une meilleure position stratégique à Caratacos et à ses hommes.




Les Britanniques qui étaient maintenant basés à la Tamise avaient été poursuivis sans relâche par les forces romaines de l’autre côté de la rivière, ce qui avait entraîné des pertes du côté romain dans le marais d’Essex. Certaines des troupes ont cherché à traverser à la poursuite de l'ennemi, tandis que d'autres ont même construit un pont ou un passage temporaire afin de poursuivre la poursuite. À la bataille sur la Tamise, le frère de Caratacos, Togodumnus, a malheureusement perdu la vie, tandis que son frère a réussi à s'échapper au pays de Galles, où il a pu se regrouper et lancer une contre-attaque.



Malheureusement pour Caratacos, la première incursion des Romains en Grande-Bretagne à l'été 43 s'est révélée très fructueuse, menant à des gains énormes dans le sud-est et à la défaite des tribus indigènes lors de deux batailles importantes. En outre, de certaines tribus combattant sous Caratacos ont ce rendre face aux envahisseurs.
Désespéré de maintenir sa résistance, Caratacos s'enfuit vers l'ouest, se dirigeant vers le Pays de Galles où il dirigerait ensuite les Silures et les Ordovices contre Publius Scapula. Dans sa nouvelle base du sud du pays de Galles, il a réussi à organiser avec succès les tribus restantes, s'engageant dans une guerre de guérilla contre les forces pressantes romaines.






Malheureusement pour le Caratacos, le nombre de ses tribus était incroyablement affaibli par le conflit précédent et, bien que ses hommes aient pu se défendre contre les Romains lors d'une bataille à Silures, devenue aujourd'hui le Glamorgan moderne, il fut forcé de se déplacer vers le nord dans une région. appelé Ordovices, maintenant au centre de Gwynedd, pour trouver un endroit propice au combat. Pour Caratacos, cette bataille devait être décisive et le serait, mais pour les Romains.

La bataille de Caer Caradoc dans 50AD finirait par être la bataille finale de Caratacos, son chant du cygne contre l'invasion romaine, alors que pour les envahisseurs cela signifierait la protection du sud de Britannia. La bataille elle-même s'est déroulée dans un endroit bien choisi, au milieu d'une campagne vallonnée, que Caratacos a désignée comme une bonne zone car elle a permis aux tribus de se tenir sur des hauteurs. Ses guerriers étaient constitués d'Ordovices et de quelques Silures. L'emplacement avait tous les signes d'une victoire des résistants. L'approche et la retraite étaient difficiles, il y avait des remparts en place avec des hommes armés qui les défendaient et il y avait la barrière naturelle de la rivière pour arrêter les Romains.





Sous le commandement de Publius Ostorius Scapula, les troupes romaines naviguèrent dans le fleuve. Quand ils ont traversé et sont arrivés sur la terre ferme, ils ont été accueillis par des projectiles qui les ont forcés à se mettre dans la formation défensive de testudo, également connue sous le nom de tortue, en utilisant leurs boucliers pour former une barrière de mur face aux projectiles. Cela leur a permis de surmonter le premier plan d'attaque des celtes. Malgré de nombreuses pertes, les romains, plus nombreux, atteignirent les remparts et ouvrir une brèche dans les défenses de Caratacos.

Une fois que la bataille a commencé, les combats ont très vite pris le sang, forçant les troupes celtes à se rendre au sommet des collines, suivies de près par les Romains. Face au nombre des Romains, les lignes du chef bretons finir par cédées, permettant aux envahisseurs de les bloquer entre les auxiliaires et les légionnaires plus lourdement blindés. Tandis que les Britanniques combattaient courageusement, ils furent vaincus par les  envahisseurs.





POUR LES ANGLOPHONES


Caratacos a été contraint de fuir. Il prit la direction du nord dans la région connue sous le nom de Brigantia. La tribu celtique appelée les Brigantes était basée dans le Yorkshire moderne au nord de l'Angleterre et possédait de vastes territoires. Caratacos s'y rendit, espérant trouver des alliés. La reine brigantienne avait cependant d'autres idées. La reine Cartimandua était fidèle aux Romains qui la récompensaient par sa richesse et son soutien. Au lieu de veiller à la sécurité de Caratacus, elle le livra enchaîné aux Romains, ce qui lui aurait valu une grande faveur parmi ses homologues romains, mais la verrait ostracisée par son propre peuple.


Devenu prisonnier romain, Caratacos fût exhibé dans les rues de Rome et présenté dans le cadre du triomphe de l'empereur Claude, un spectacle de la victoire romaine sur les tribus celtes. Le destin de Caratacos n'était pas scellé cependant, dans un discours passionné qu'il a prononcé devant le grand empereur lui-même, il a pu gagner des faveurs pour lui-même et pour sa famille, qui ont été graciés par Claude. Son discours provocant lui a permis de vivre en exil en Italie  pour le restant de ses jours.

Une fin pacifique selon les romains pour l'ancien chef de Celte de Grande-Bretagne, l'histoire ne nous étant parvenu que par les récits Romains et les légendes orales Celtes.







Vous avez apprécié cet article ?
Pour me soutenir et en découvrir de nouveaux, n'hésitez pas à partager mes récits aux plus grands nombres et a vous inscrire à la newsletter en haut de page ou en cliquant sur l'animation ci-dessous.



MOJENN



Vous pouvez également vous procurer l'un de mes livres déjà parus sur Amazon, la FNAC, Play Store ou à prix libre sur Payhip.


Merci de me lire et à bientôt pour de nouvelles aventures.




Pour ne rien manquer :


Newsletter avec FeedBurner
Garantie 0% pubs mais 100% infos

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous !
Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ?



Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉.
Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite.

Je vous mets le lien en fin d'article.

Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)?
Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui.

On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article : 5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO)




C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démonstration qui aura lieu devant plus de deux cents expe…

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!!

Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel. L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire.


Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu ». La seule significa…

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers !

Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet.





Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés.


Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰Enpi - Empi - Wansu - Wanshu

J'ai …

Vous en voulez plus ?

S'abonner

* indicates required
Ce qui vous intéresse




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :