Accéder au contenu principal

 





BASSAI DAI - Toutes les réponses à vos questions !

BASSAI DAI



Que signifie "Bassai Dai" ?


"Bas" signifie : combattre avec stratégie dans l'intention déterminée de gagner.
"Dai" signifie : grand, vaste en opposition à Sho qui signifie petit, condensé.
"Sai" signifie : territoire de l'adversaire.

La réponse serait donc logiquement : 

Pénétrer la forteresse, grande version.

Les particularités du kata Bassai Dai !


Bassaï (Pénétrer une forteresse) est un des kata emblématique du Shotokan. Les kata Heian ont des techniques tirées de Bassaï et Kanku. Ce kata demande :
  •  puissance,
  •  rotations dynamiques des hanches 
  • et de la vigueur dans ses techniques. 
Il comporte de vives variations de rythme et des changements de direction rapides. Et attention a respecter le rythme, profitez bien des temps lent pour récupérer et avoir plus de kime quand c'est nécessaire !

Il symbolise une situation de combat défavorable (encerclé) qui se transforme progressivement pour tourner à votre avantage.




Les blocages sont puissants et doivent pénétrer dans la garde de l'adversaire.


D'où vient le kata Bassai Dai ?


Ce kata, attribué à Maitre Itosu, fut enseigné au Tomari-te et au Shuri-te, mais semble ignoré du Naha Te. Il est pratiqué dans les styles Shotokan, Wado-ryu, Shito-ryu, Shotokai.


Ce kata provient de l'enseignement des premiers experts d'Okinawa au début du 14ème siècle. Suivant l'appellation japonaise Bassai ou Chinoise Passai, les idéogrammes ne sont pas exactement identiques. 
Le sens de "ba" ou "pa" est similaire et émet l'idée d'extraire, de surpasser ou même de prendre d'assaut.


Le sens de "sai", "se" ou "chai" en chinois émet l'idée d'un village fortifié, de territoire ennemi, une place forte entourée de palissade.


Bassai peut donc être compris comme l'intention de se défaire d'un encerclement ou de réaliser une incursion stratégique chez l'ennemi avec l'intention déterminée de vaincre.


C'est, en général, cette dernière interprétation qui est retenue. 


Bassaï tirerait son origine d'un kata avec Bo (long bâton). Le Bojutsu possède de puissantes techniques de poussée semblable à oï-zuki, aussi bien que des techniques de rotation des hanches qui rappels le mouvement pour frapper une balle de Baseball (ou pour frapper efficacement tout simplement).


Si vous avez plus d'infos, faites-en profiter les autres lecteurs et moi-même, partagez les en commentaire 👊👍


Comment réaliser Bassai Dai ?


Voici son exécution par maître Kanazawa :




Voici son exécution par les maîtres Kase & Lavorato :

(Merci JP Lavorato pour cette vidéo collector !)




Voici son exécution en compétition : Bassai Dai (JPN vs IDN) - 13th SKIF WCH 2019 - Denmark - Kata Bassai Dai




Mais le plus important est de le pratiquer en donnant le maximum afin de progresser à chaque entraînement. 👊


J'espère que cet article vous aura plu.
Si c'est le cas vous allez adorer ce livre :



N’hésitez pas à laisser un commentaire pour partager vos connaissances aux autres lecteurs et à moi-même.

Merci d'avance.




Kenavo !



Pour aller plus loin ensemble :





Commentaires

 





Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required