Accéder au contenu principal




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :

       

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers !

Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet.





Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés.


Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰

Enpi - Empi - Wansu - Wanshu  


J'ai trouvé quatre manière de nommer se kata (en avez-vous d'autres), laquelle est la bonne ?

Tout est une question de point de vue, de style, et d'origine de son enseignement semblerait-il.


Et vous, comment l'appelez-vous ?

Néanmoins, la pratique me semble plus importante que le nom en lui-même, surtout quand on connait l'histoire du kata comme nous allons le voir ci-dessous.





Connaissez-vous son histoire ?


Enpi vient de l' art martial d' Okinawa de Tomari-te (Tomari est une ville d'Okinawa, te = main) l’ancêtre du karaté du style de Tomari , où il serait apparu pour la première fois en 1683. Il aurait été influencé par la boxe chinoise. Il s'appelait à l'origine Wansu. Funakoshi Gichin a changé le nom en Enpi quand il a déménagé sur le continent japonais dans les années 1920. Funakoshi a changé les noms de nombreux kata , dans un effort pour rendre l'art d'Okinawa plus agréable au Japon nationaliste d'alors.


La théorie la plus communément acceptée sur sa création et son développement est qu'un Sappushi Wang Ji, un fonctionnaire de Xiuning, a transmis le kata tout en servant sur Okinawa. La légende raconte que Wang Ji avait l'habitude de se lancer et de sauter sur ses adversaires. En raison de cette forme de combat dynamique, ce kata ressemble à une hirondelle en vol. C'est pourquoi c'est la traduction occidentale que nous donnons généralement a ce kata.

Le nom Wanshū (腕 秀) en mandarin signifie "Excellent poignet" et fait référence à une technique typique de cette forme. L'autre façon d'écrire le nom de ce kata (汪輯) signifie « série de Wang (ou forme) » et fait référence au nom du diplomate Wang (1621-1689). Wang était le chef d'une grande mission d'ambassadeur de Chine envoyée par le gouvernement Qing en 1683 dans le village de Tomari. Un poète, calligraphe, diplomate et artiste martial dans la tradition Shaolin de Fujian White Crane , il est souvent crédité d'enseigner le fa chu'an à la noblesse de Tomari.




Le kata Wanshū était soit une création de Wang, soit composé par ses élèves et nommé en son hommage. Quoi qu'il en soit, de nombreuses traditions de karaté incluent un kata portant le nom de Wanshū ou une variante (Ansu, Anshu) qui varient dans les schémas mais présentent certaines similitudes distinctives. Une traduction du mot «Wanshū» est «forme de bras fort» pour la technique dramatique de prise et de projection vue dans la plupart des versions. 




Les deux versions principales sont Matsumura- et Itosu-Wanshū, Itosu l'ayant probablement appris de son professeur, Gusukuma de Tomari. Wanshū, tout en portant ce nom dans certains styles de karaté, a été renommé Empi par Gichin Funakoshi pour être utilisé en Shotokan. Ce kata est également pratiqué dans divers styles coréens tels que Tang Soo Do et Soo Bahk Do et selon l'organisation s'appelle Wangshū, Wang Shu ou Yun Bi en coréen. En raison de sa difficulté, ce kata est souvent réservé aux étudiants avancés.

Voici la vidéo du kata réalisé par maître Kanazawa du style shotokan, ainsi qu'une vidéo de Luca Valdesi, compétiteur au palmarès international.





Peu importe le nom que vous donnez à ce kata, enfin donnez lui un nom quand-même, et cohérent à votre école de préférence. 😉

Mais le plus important est de le pratiquer en donnant le maximum afin de progresser à chaque entraînement. 👊


J'espère que cet article vous aura plu.
Si c'est le cas vous allez adorer ce livre :



N’hésitez pas à laisser un commentaire pour partager vos connaissances aux autres lecteurs et à moi-même.

Merci d'avance.




Kenavo !



Pour aller plus loin ensemble :





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous !
Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ?



Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉.
Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite.

Je vous mets le lien en fin d'article.

Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)?
Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui.

On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article : 5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO)




C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démonstration qui aura lieu devant plus de deux cents expe…

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!!

Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel. L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire.


Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu ». La seule significa…

Newsletter

S'abonner

* indicates required
Ce qui vous intéresse

Livres Amazon





J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :