Accéder au contenu principal

 





LES DISCIPLES ET LE MAÎTRE

 Il y a fort longtemps, dans un pays aujourd'hui oublié, deux disciplines tentaient de surpasser leur maître au combat à mains nues.



L'enjeu était de taille, car le maître, n'ayant pas de descendance, léguerait son école ainsi que l'intégralité de ses possessions au disciple se montrant le plus digne et qui serait le premier à le surpasser.



Le premier des disciples qui tenta sa chance comptait sur sa force physique et son ingéniosité. L'homme en pleine force de l'âge était petit, mais trapu, un vrai roc néanmoins doué d'une grande agilité.

Il défia donc le vieil homme, relativement confiant vis-à-vis de ses chances de réussite.

Pourtant, il ne réussit pas a toucher le sage homme qui, d'habiles déplacements et à l'aide de techniques amples, garda son opposant à distance. Quand le disciple, qui commençait à s'épuiser, s'agaça de ne pas parvenir à toucher son maître qu'il était pourtant certain de pouvoir égaler, il chargea violemment en utilisant ses dernières forces. Ce fût comme si le vieux maître avait prédit cette stratégie, il porta alors un coup fatal au plexus qui obligea le disciple à s'avouer vaincu.

Le second disciple, n'ayant rien manqué du spectacle, décida de défier son maître à son tour. L'homme de grande taille était persuadé de pouvoir l'emporter grâce à sa physionomie et à sa vitesse. Il estimait que son rival avait employé une mauvaise stratégie, s'épuisant inutilement face au vieillard qui le tenait à distance. De plus, profitant d'affronter le maître en second, il était persuadé que celui-ci était épuisé, ce qui était réellement le cas.

Le second disciple aborda donc la confrontation avec une grande confiance. À peine le combat commença-t-il, que le maître entra au corps à corps. Ainsi il empêcha son disciple de déployer la moindre attaque et l'immobilisa rapidement au sol à l'aide d'une clé de bras. Sentant que son membre était sur le point de rompre face à la prise agile et ferme de son maître, le disciple s'avoua vaincu.


Un jeune enfant, disciple depuis peu au temple, se mit alors à applaudir. Il surprit les trois hommes qui n'avaient pas remarqué sa présence.


- Bravo maître ! Déclara-t-il plein d'administration.


Le maître sourit alors et lui demanda :


- Pourquoi me félicites-tu ainsi ?

- Car vous avez brillamment vaincu vos deux meilleurs élèves en vous adaptant à chacun d'eux et cela sans vraiment combattre, mais plutôt en dispensant une leçon.

- En effet, déclara le maître en se tournant vers ses disciples, ne soyez jamais trop sûr de vous, la clé de la réussite est dans la capacité de chacun à s'adapter. Restez toujours sur vos gardes et ne vous montrez pas arrogants. Détachez-vous de l'objectif et vivez pleinement le moment présent, c'est le plus important pour rester attentif et s'adapter au mieux dans toutes les situations.


Ce jour-là aucun des disciples ne réussirent a prendre le dessus sur le maître, mais si vous avez aimé cette histoire et que vous aimeriez une suite, n'hésitez pas à m'en faire part dans les commentaires et à vous abonner.


Kenavo ! 


3 e-books offerts juste ici : https://utip.io/s/E2ONJ5



---------------

Pas le temps de lire ou de regarder ??? Mojenn existe en podcast : https://anchor.fm/olivier-le-gal

Mes livres sont disponibles  sur Amazon : https://www.amazon.fr/-/e/B01JW60336

Mes livres dédicacés et eBooks à prix LIBRE : https://payhip.com/MojennOlivierLeGal



Me suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/MojennOliv/





Commentaires

  1. Oui trop bien cette histoire une suite avec entre autre le gamin serait pas mal encore merci pour cette histoire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en prends note, merci à toi pour ton commentaire et ton enthousiasme.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

MAIS QUI EST DANA ? (Mythologie celte)

Dana (on trouve aussi la graphie Danu), dans la mythologie celtique irlandaise est la déesse primordiale des Tuatha Dé Danann, les « gens de la déesse Dana », c'est-à-dire les dieux des Celtes avant la christianisation de l’île. Dans le Glossaire de Cormac (Sanas Cormaic, manuscrit du xe siècle de l’évêque Cormac de Cashel), elle est aussi appelée Ana et Anu. Elle est la mère du Dagda et de Lir. Elle serait à l’origine de l'installation de son peuple en Irlande, alors qu'il vivait dans les quatre îles au nord du Monde. Son équivalent dans la mythologie celtique galloise est Dôn. C’est une déesse panceltique. Il existe dans la mythologie brâhmanique une divinité nommée Danu qui a engendré une race de géants, les Danavas. La signification du nom pourrait être « donateur », « bienfaiteur » (en Inde, les Dânapati sont les donateurs des monastères bouddhiques et Dāna désigne le don), ce qui en fait une déesse de la fertilité et de la prospérité. Chez les Cel

LE PANTHÉON CELTIQUE (Mythologie Celte)

Suite à mes recherches sur les anciens dieux celtiques pré christianisation, voici les principales divinités que j'ai pu recenser. Celles-ci étaient sans doute vénéré par nos ancêtres avant d’être christianisées sous forme de saints ou considérées comme néfastes (voir diabolisées) par l'église chrétienne alors imposée. Il est important de remarquer que ces divinités représentent presque toutes un élément naturel ou cosmique, il est d'ailleurs parfois difficile de les nommer tant leur représentation est symbolique et interprété différemment selon le culte de chacun. Les divinités des Celtes du continent : - TARANIS : c'était la divinité principale, le dieu du tonnerre (taran) et des forces cosmiques (symbolismes : la roue et le foudre), il sera assimilé à Jupiter source - CERNUNNOS : dieu au crâne de cerf ("dieu au bois de cervidé"), c'était un dieu de la fécondité terrienne, du renouveau des forces de la nature, on

Vous en voulez plus ?

S'incrire

* indicates required