Accéder au contenu principal

 







LES DISCIPLES ET LE MAÎTRE

 Il y a fort longtemps, dans un pays aujourd'hui oublié, deux disciplines tentaient de surpasser leur maître au combat à mains nues.



L'enjeu était de taille, car le maître, n'ayant pas de descendance, léguerait son école ainsi que l'intégralité de ses possessions au disciple se montrant le plus digne et qui serait le premier à le surpasser.



Le premier des disciples qui tenta sa chance comptait sur sa force physique et son ingéniosité. L'homme en pleine force de l'âge était petit, mais trapu, un vrai roc néanmoins doué d'une grande agilité.

Il défia donc le vieil homme, relativement confiant vis-à-vis de ses chances de réussite.

Pourtant, il ne réussit pas a toucher le sage homme qui, d'habiles déplacements et à l'aide de techniques amples, garda son opposant à distance. Quand le disciple, qui commençait à s'épuiser, s'agaça de ne pas parvenir à toucher son maître qu'il était pourtant certain de pouvoir égaler, il chargea violemment en utilisant ses dernières forces. Ce fût comme si le vieux maître avait prédit cette stratégie, il porta alors un coup fatal au plexus qui obligea le disciple à s'avouer vaincu.

Le second disciple, n'ayant rien manqué du spectacle, décida de défier son maître à son tour. L'homme de grande taille était persuadé de pouvoir l'emporter grâce à sa physionomie et à sa vitesse. Il estimait que son rival avait employé une mauvaise stratégie, s'épuisant inutilement face au vieillard qui le tenait à distance. De plus, profitant d'affronter le maître en second, il était persuadé que celui-ci était épuisé, ce qui était réellement le cas.

Le second disciple aborda donc la confrontation avec une grande confiance. À peine le combat commença-t-il, que le maître entra au corps à corps. Ainsi il empêcha son disciple de déployer la moindre attaque et l'immobilisa rapidement au sol à l'aide d'une clé de bras. Sentant que son membre était sur le point de rompre face à la prise agile et ferme de son maître, le disciple s'avoua vaincu.


Un jeune enfant, disciple depuis peu au temple, se mit alors à applaudir. Il surprit les trois hommes qui n'avaient pas remarqué sa présence.


- Bravo maître ! Déclara-t-il plein d'administration.


Le maître sourit alors et lui demanda :


- Pourquoi me félicites-tu ainsi ?

- Car vous avez brillamment vaincu vos deux meilleurs élèves en vous adaptant à chacun d'eux et cela sans vraiment combattre, mais plutôt en dispensant une leçon.

- En effet, déclara le maître en se tournant vers ses disciples, ne soyez jamais trop sûr de vous, la clé de la réussite est dans la capacité de chacun à s'adapter. Restez toujours sur vos gardes et ne vous montrez pas arrogants. Détachez-vous de l'objectif et vivez pleinement le moment présent, c'est le plus important pour rester attentif et s'adapter au mieux dans toutes les situations.


Ce jour-là aucun des disciples ne réussirent a prendre le dessus sur le maître, mais si vous avez aimé cette histoire et que vous aimeriez une suite, n'hésitez pas à m'en faire part dans les commentaires et à vous abonner.

RETROUVEZ CETTE HISTOIRES ET 29 AUTRES DANS CE LIVRE :

Kenavo ! 


3 e-books offerts juste ici : https://utip.io/s/E2ONJ5



---------------

Pas le temps de lire ou de regarder ??? Mojenn existe en podcast : https://anchor.fm/olivier-le-gal

Mes livres sont disponibles  sur Amazon : https://www.amazon.fr/-/e/B01JW60336

Mes livres dédicacés et eBooks à prix LIBRE : https://payhip.com/MojennOlivierLeGal



Me suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/MojennOliv/





Commentaires

  1. Oui trop bien cette histoire une suite avec entre autre le gamin serait pas mal encore merci pour cette histoire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en prends note, merci à toi pour ton commentaire et ton enthousiasme.

      Supprimer
  2. ça y est, la suite est disponible ici https://www.mojenn-bretagne-karate.com/2021/03/frapper-juste-conte-martial.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

** TOUS LES ARTICLES DU BLOG ICI **

 







Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required

PARTENARIAT AUDIBLE