Accéder au contenu principal

 







ARDEON#1 - DÉSHONNEUR OU ESPOIR

Il devait être le milieu de la journée pour qu’un rayon de soleil parvienne ainsi à transpercer la pénombre de la cellule. Ardeon jonchait le sol et le trait de lumière finit sa course sur l’entaille, à peine nettoyée, qui barrait son dos nu. La dernière de ses nombreuses cicatrices. L’air humide de la prison souterraine était étouffant et irritant.



— Comment tiens-tu encore ? Lui demanda son compagnon de cellule.
— J’ai connu bien pire, lui répondit Ardeon d’un air las.
L’autre afficha une grimace qui témoignait soit de son dégoût soit de ses doutes.


Ardeon avait goûté à l’espoir de faire partie des grands avants de sombrer. Comment ne pas exploser comme une mécanique qui s’emballe après avoir subi, coup après coup, le deuil, le déshonneur et la trahison ? Comment ne pas couler dans la folie après avoir perdu tout ce à quoi l’on tient en une seule nuit ? Ardeon puisait ses dernières forces dans l’espoir de voir à nouveau le soleil, de pouvoir laver son honneur et d’un jour mériter et retrouver le bonheur.


Sans ces quelques fragiles espoirs, le guerrier n’aurait-il pas explosé ? Sans l’espoir et l’amour pourrions-nous tous vivre dignement ou est-ce que la mécanique s’emballerait ?


Autrefois fier garde de la cité d’Eltios, Ardeon avait tout perdu en une nuit. Ses proches, ses convictions et Eltios toute entière. Que pouvait bien être quelques misérables coups de fouet face à cela ? 


La porte s’ouvrit soudain et un guerrier s’avança. L’homme était grand et avait belle allure. Son plastron rencontra le rayon de soleil et ébloui les deux prisonniers.


— Manants, allez-vous pourrir et mourir ici ou servirez-vous le seigneur d’Ilgardis ? Levez-vous si vous souhaitez partir dignement sur le champ de bataille. La horde pourpre arrive et Ilgardis vous offre une chance inespérée de laver votre honneur.


À ces mots, le sang d’Ardeon bouillonna. Il se redressa aussi promptement que son état de santé le lui permit. Affronter de nouveau la maudite horde pourpre, celle qui lui avait tout prit, sauf, par miracle, la vie. Cela ne pouvait qu’être un signe du destin ou du dieu Astros lui-même.


Ilgardis, qu’il avait voulu avertir avant d’être jeté au cachot était maintenant aux abois au point de gonfler ses rangs avec des prisonniers.

-------------------

Vous avez aimez ce court texte et souhaitez découvrir la suite ?
Dites-le moi simplement dans les commentaires ci-dessous.

--------------------

Vous souhaitez découvrir plus d'histoires similaires ?
Mes livres sont là pour vous :


Et je vous ai concocté quelques surprises dans cet agenda dont une brève histoire bonus d'Ardeon :
Portez-vous bien en attendant une prochaine histoire et kenavo !





FANTASY BRETAGNE
FANTASY ARTS MARTIAUX
FANTASY MARTIALE

Commentaires

** TOUS LES ARTICLES DU BLOG ICI **

 







Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

LE PANTHÉON CELTIQUE (Mythologie Celte)

Suite à mes recherches sur les anciens dieux celtiques pré christianisation, voici les principales divinités que j'ai pu recenser. Celles-ci étaient sans doute vénéré par nos ancêtres avant d’être christianisées sous forme de saints ou considérées comme néfastes (voir diabolisées) par l'église chrétienne alors imposée. Il est important de remarquer que ces divinités représentent presque toutes un élément naturel ou cosmique, il est d'ailleurs parfois difficile de les nommer tant leur représentation est symbolique et interprété différemment selon le culte de chacun. Les divinités des Celtes du continent : - TARANIS : c'était la divinité principale, le dieu du tonnerre (taran) et des forces cosmiques (symbolismes : la roue et le foudre), il sera assimilé à Jupiter source - CERNUNNOS : dieu au crâne de cerf ("dieu au bois de cervidé"), c'était un dieu de la fécondité terrienne, du renouveau des forces de la nature, on

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required

PARTENARIAT AUDIBLE