Accéder au contenu principal

Mes livres

 J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :






AGE BRUTAL - ÉPISODE 8 : LA DÉCISION DES HÉROS

Bonjour à tous !

Il s'est fait désirer, mais le voici enfin c'est l'épisode 8 de la saga Age Brutal qui sera bientôt retravaillé pour réaliser un livre.

Si vous avez manqué les premiers épisodes vous les retrouverez ici : LES SEPT PREMIERS ÉPISODES ATTENTION les épisodes 1 à 7 ne sont que des premiers jet (des brouillons en quelques sortes).


Bonne lecture à tous !




Cette nuit là, nombreux étaient ceux qui ne trouvaient pas le sommeil. Le Tueur de Dragons semblait en faire partie. Le messager d'Actorus ne le trouva guère dans ses quartiers, mais au camp d'entraînement des guerriers. Arrivant au pas de course, malgré le poids de sa cotte de maille, le messager s'arrêta net à l'entrée. Il prit soin de frotter longuement ses pieds sur la paillasse avant de pénétrer dans le bâtiment sacré. Le camp d'entraînement était, pour tout guerrier respectable, l'égal d'un temple. Ici, la vie et la mort n'étaient pas pris à la légère. Chaque âme qui passait le large porche d'entrée, le faisait dans le même état d'esprit que s'il pénétrait sur un champ de bataille. En pleine effervescence, le parquet de la salle principale luisait de sueur et d'engagement, chaque guerrier s'entraînait au combat à mains nues ou aux armes, comme si sa vie en dépendait. Après tout, il s'agissait d'être prêt et le plus aguerri possible le jour où ce serait le cas.



En cette nuit étoilée, la salle d'entraînement était fraîche, contrairement à son habitude. Tel un tigre, le tueur de dragons répétait des mouvements fluides et puissants. Le messager entra sans bruit et se posta dans l'entrée, avec respect, en attendant que son supérieur, l'imposant guerrier, termina son exercice et s'adressa à lui.

Le Tueur de dragons dégageait une énergie puissante mais tranquille. Il maîtrisait chacun de ses mouvements, ses coups rapides et souples à la fois semblaient s'enchaîner a différents rythmes comme s'ils étaient une suite logique. Le guerrier finit par un bond dans les airs tournant à 360°, il fouetta l'air du pied puis du poing avant d'atterrir souplement au sol.

Il se redressa alors lentement avant de se tourner vers le messager, d'un hochement de tête respectueux il l'invita à prendre la parole.


- Désolé de vous interrompre Maître Oginn. Commença l'homme emprunt d'admiration. Le seigneur de Kermor demande votre présence pour un conseil extraordinaire suite au retour des éclaireurs.


- Bien, fais savoir que je serai au bastion dans un instant. Répondit le tueur de dragons.


- Oui maître. Dit simplement le messager avant de tourner les talons et d'accomplir sa mission.


Le tueur de dragons rejoignit le vestiaire de la salle d'entraînement pour se baigner un court instant afin de se débarrasser de la sueur qui couvrait son corps musclé d'athlète. Ici et là plusieurs cicatrices marquaient le corps de cet homme charpenté, témoignant du nombre de dangers affrontés sur les champs de batailles. Enfin, il enfila rapidement, mais sans hâte particulière, ses vêtements. Il ajusta son cimeterre à sa hanche, qu'il ne quittait jamais de plus de quelques mètres, et prit le chemin de la salle du conseil du bastion de Kermor.




Actorus et Gwinklan avaient détaillé les observations des éclaireurs, l'ambiance était tendue juste avant ma prise de parole.

Ils étaient tous là, les conseillers de mon père, certains m'avaient vu grandir, pris sous leurs ailes pour m'enseigner leurs spécialités avec bienveillance. Aujourd'hui, ou plutôt cette nuit, ils allaient m'aider à prendre une décision décisive pour l'oppidum de Kermor.


Tous là ou presque, sauf le grand mage, celui qui était surnommé "le mage noir" n'était pas présent. Il avait envoyé un représentant, un jeune magicien de deuxième ou troisième année qui s'était présenté comme son neveu. Le jeune homme avait expliqué que tous les mages les plus compétents avaient été mobilisés pour travailler sur l'objet mystérieux que je leur avait confié.

Certains héros avaient affiché des visages réprobateurs, mais aucun n'avait osé me contredire lorsque je m'étais montré compréhensif. Cet objet pouvait, en effet, être déterminant à en croire Gaadjuh, néanmoins je n'avais encore aucune idée de comment il pourrait nous servir, et le jeune magicien n'avait aucune information exacte à me transmettre à ce sujet.


Le conseil commença. Je pris la parole d'un ton grave :

- Compagnons, l'heure est critique ! Nos éclaireurs nous rapportent que l'ennemi sera d'un moment à l'autre à nos portes. Il est plus que temps de prendre la décision qui scellera le sort de Kermor. Pour ce faire, j'ai besoin de vos avis et expériences, soit nous évacuons la cité cette nuit sans être certain de trouver un refuge digne de ce nom, soit nous défendons nos murs au péril de nos vies face à un ennemi plus que supérieur et implacable.


Les éclaireurs firent leur rapport, s'ensuivit alors un débat houleux. Qu'importe notre décision, la mort serait parmi nous dans les deux cas.


La décision fût enfin prise, découvrez-la dans le prochain épisode !

Vous avez apprécié cet article ?
Pour me soutenir et en découvrir de nouveaux, n'hésitez pas à partager mes récits aux plus grand nombre et à vous inscrire à la newsletter.

Vous pouvez également vous procurer l'un de mes livres déjà parus sur Amazon, la FNAC, Play Store ou à prix libre sur Payhip.


Merci de me lire et à bientôt pour de nouvelles aventures.




Si vous avez manqué les premiers épisodes vous les retrouverez ici : 


A BIENTÔT, KENAVO !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers ! Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet. Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés. Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰 Enpi -  Empi

Vous en voulez plus ?

S'incrire

* indicates required

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *