Accéder au contenu principal




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :

       

L'ART DE LA GUERRE vs COVID 19

Demat les guerriers !

Oui oui, j'avais dit que je ne parlerai pas du #Covid19, mais ...

J'ai récemment relu le livre de Sun Tzu (Zu ou Zi pour les intimes) L'ART DE LA GUERRE est-ce parce que Macron a déclaré la guerre au coronavirus ? Mystère ! Peut-être ou pas, dans tout les cas cela m'a fait pensé a plusieurs chose sur la situation actuelle (avril 2020).








L’art de faire la guerre est l’art de gagner une guerre avant qu’elle ne commence.
Sun Tzu L’art de la guerre 

 Alors déjà on part mal car rien n'était prêt pour faire face a cette pandémie en France, passons, cet article n'a pas pour vocation de faire le procès du gouvernement français.  (Petite dédicace aux soignants et ceux qui répondent présent en ces temps difficiles et surtout MERCI).
Non, son but est plutôt de montrer comment, en suivant ce livre millénaire, on peut appliquer les conseils de Sun Tzu, dans son livre L'art de la guerre, pour venir a bout du Covid 19.

L'art de la guerre et l'entreprise

Mais plusieurs idées majeurs du livre m'ont marqués et je pense qu'elles pourraient être utilisées dans la situation qui est la notre actuellement. En effet, les conseils de ce livre peuvent s'appliquer dans plusieurs situations, par exemple, dans le monde de l'entreprise :



Le livre L’art de la guerre a été écrit par le général chinois Sun Tzu vers le Vème siècle avant Jésus-Christ et est considéré comme le premier livre de stratégie au monde. L’histoire nous donne peu d’indices sur Sun Tzu : s’agit-il d’un seul auteur ou de plusieurs ? (On remarque en effet que le texte comporte parfois des : « Sun Tzu dit », et parfois des : « je dis »).
L’art de la guerre est organisé autour de 13 articles distants. Ce ne sont pas vraiment des thèmes différents qui sont abordés à chaque fois, il semblerait que ce soit plutôt 13 réflexions, voire même 13 livres différents regroupés en un seul. Certains passages peuvent se répéter plus ou moins, et paraître très théoriques, mais L’art de la guerre, qui a plusieurs milliers d’années, reste pourtant d’actualité.
Remplacez le mot « ennemi » par « concurrent », le mot « campement » par le mot « marché », le mot « soldat » par « salarié » et ce livre de stratégie militaire se transformera en livre de stratégie d’entreprise. Je pense d’ailleurs que tous les entrepreneurs, créateurs d’entreprise, devraient avoir lu ce livre.
 Nicolas Bazard pour le blog "Des livres pour changer de vie" de Olivier Roland

Selon l'idée de Nicolas Bazard nous pouvons tout aussi bien remplacé "guerre" par "pandémie" ou "covid 19"


L'art de la guerre et le karaté do


... mais aussi dans les arts martiaux puisque plusieurs idées de ce livre se retrouve dans les principes même du karaté Do. Dans l'article 5 conseils pour débuter en karaté Do , je présente le dojo kun ainsi :

Le Dojo kun énonce cinq principes philosophiques qui guident l'entraînement dans le dojo. Ceux-ci sont la perfection du caractère, la loyauté, l'effort pour exceller, le respect d'autrui et l'absence de comportement violent. Ces principes sont nommés les Cinq maximes du karaté. 
Sachant que le dojo kun est tiré des 20 préceptes de Gichin Funakoshi, je vous propose de faire un parallèle entre ces 2 enseignements :

Les vingt principes du Karaté do de Gishin FUNAKOSHI VS Les citations de Sun TZU



 1-    N’oubliez jamais que le karaté commence et se termine par la courtoisie. (Gichin Funakoshi)
"Traite tes soldats comme tu traiterais ton fils bien-aimé." (Sun Tzu)


2-  Il n’y a pas de première attaque en karaté. (Gichin Funakoshi)
« Celui qui excelle à résoudre les difficultés le fait avant qu’elles ne surviennent. » (Sun Tzu)


3-  Le karaté cultive l’estime de soi. (Gichin Funakoshi)



4-  Commencez par vous connaitre vous-même avant d’essayer de connaitre les autres. (Gichin Funakoshi)
“Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles.“ (Sun Tzu)


5-  L’esprit précède la technique (Gichin Funakoshi)
« Qui ignore les objectifs stratégiques des autres princes ne peut conclure d’alliance. » (Sun Tzu)



6-  Réagissez avec un esprit indomptable. (Gichin Funakoshi)
« Impalpable et immatériel, l’expert ne laisse pas de trace ; mystérieux comme une divinité, il est inaudible. C’est ainsi qu’il met l’ennemi à sa merci. » (Sun Tzu)



7-  Ne vous complaisez pas dans les échecs. (Gichin Funakoshi)
« Qui ne réfléchit pas et méprise l’ennemi sera vaincu. » (Sun Tzu)


8-  Ne croyez pas que l’entrainement du karaté soit limité au dojo. (Gichin Funakoshi)
« Lorsque le monde est en paix, un homme de bien garde son épée à son côté. » (Sun Tzu)



9-  Le karaté est la recherche de la longévité (Gichin Funakoshi)
"Le guerrier victorieux remporte la bataille, puis part en guerre. Le guerrier vaincu part en guerre, puis cherche à remporter la bataille." (Sun Tzu)


10- Quand vous aurez découvert en quoi le karaté s’applique à la vie de tous les jours, vous aurez découvert son essence. (Gichin Funakoshi)
« […] vaincre l’ennemi sans même se battre, voilà le fin du fin. » (Sun Tzu)



11- Le karaté est comme l’eau chaude, si sa chaleur s’échappe, il devient froid. (Gichin Funakoshi)
"Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes , nous ne devons jamais perdre de vue : la doctrine , le temps , l’espace , le commandement , la discipline ." (Sun Tzu)


12- Plutôt que de vous préoccupez de gagner, penser à ne pas perdre. (Gichin Funakoshi)
« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre. » (Sun Tzu)


13- Changez votre tactique en fonction des mouvements de votre adversaire. (Gichin Funakoshi)
“Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles.“ (Sun Tzu)



14- L’issue de tout combat dépend du contrôle des zones protégées et non protégées. (Gichin Funakoshi)
"Connais le ciel et connais la terre, et ta victoire sera totale." (Sun Tzu)


15- Imaginez que vos mains et vos pieds sont des sabres. (Gichin Funakoshi)
« frappe avec la soudaineté de la foudre. » (Sun Tzu)



16- Quand vous sortez, imaginez qu’un million d’adversaires vous guettent. (Gichin Funakoshi)
« Une armée sans agents secrets est exactement comme un homme sans yeux ni oreilles. » (Sun Tzu)



17- Les postures fermes sont nécessaires aux débutants jusqu'à ce que ces postures deviennent naturelles comme une seconde nature. (Gichin Funakoshi)
« Tout le succès d’une opération réside dans sa préparation. » (Sun Tzu)



18- Même si le combat réel n’est jamais deux fois le même, les principes des kata ne changent jamais. (Gichin Funakoshi)
« Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux. » (Sun Tzu)


19- N’oubliez ni vos points forts ni vos faiblesses, ni comment étirer et contracter vos muscles, ni l’exécution correcte des techniques. (Gichin Funakoshi)
"Jadis, les guerriers habiles commençaient par se rendre invincibles, puis attendaient le moment où l’ennemi serait vulnérable. L’invincibilité réside en soi-même. La vulnérabilité réside en l’ennemi." (Sun Tzu)


20- Cherchez constamment à progresser. (Gichin Funakoshi)
"Ne répétez pas les mêmes tactiques victorieuses, mais adaptez-vous aux circonstances chaque fois particulières." (Sun Tzu)

Ainsi on peut aisément constaté que les principes de l'art de la guerre se retrouvent dans ceux du karaté do et plus généralement dans la plupart des arts martiaux, ce qui n'est pas tant surprenant puisque l'art martial n'est il pas un art de la guerre ?

Mais alors, si ce livre est aussi général et peut aussi bien servir a gérer une entreprise qu'une guerre ou sa progression (développement) personnel, pourquoi ne pourrait-il pas servir a faire face a une crise sanitaire ?

L'ART DE LA GUERRE FACE AU CORONAVIRUS

La première question qui me vient alors est :

Comment peut-on s'en servir pour lutter contre cette maladie ?

Commençons par le commencement : Quels sont les enseignements principaux du livre ?

Le texte se compose de 13 chapitres consacrés à l’analyse rationnelle des différents facteurs de la guerre (action) et qui dégagent les principes d’une victoire.




I. L’évaluation 

Par le biais de ce classique de la littérature asiatique, Sun Tzu nous enseigne que pour connaître le succès et la gloire dans toutes les batailles, il faut toujours avoir en tête cinq éléments : la doctrine, le temps, l’espace, le commandement, la discipline.


  • La doctrine : Il faut avoir une « unité de pensée » et s’y tenir.
  • Le temps : (ou le climat) Il faut savoir agir au bon moment.
  • La terre: (ou la topographie) Il faut bien choisir le terrain.
  • Le commandement : (ou les qualités du dirigeant) Il faut faire preuve de respect, de compréhension et d’empathie envers les personnes qui nous accompagnent.
  • La discipline : (ou la gestion des ressources humaines et matérielles) Maîtriser la stratégie, savoir qui fait quoi, connaître tous les choix qui s’offrent à nous.
La considération consciencieuse de ces données doit permettre au chef de guerre de calculer ses chances de victoire. Leur rejet ou leur omission, par ignorance ou par présomption, engendre la défaite.
En somme, une vue et connaissance globale de la situation et de nos moyens !


II. L’engagement


Les principes fondamentaux de l’économie d'une action est la nécessité d'atteindre rapidement son objectif. Les campagnes victorieuses exigent de limiter les coûts matériels et humains autant que faire se peut. La rapidité (et non la précipitation) permet donc de réussir sans avoir engager des coûts trop importants.


III. Des propositions de la victoire et de la défaite


L’unité d’une armée, plutôt que son nombre, fait sa force. Le chef de guerre doit, à tout moment : savoir s’il peut combattre et quand il faut cesser ; savoir s’il faut engager peu ou beaucoup ; être reconnaissant envers les simples soldats comme envers les officiers ; savoir mettre à profit les circonstances ; avoir l’assurance que le souverain approuve tout ce qui est fait pour son service.




IV. De la mesure dans la disposition des moyens


L’art de pratiquer la défensive avec à-propos est un préalable indispensable à toute offensive victorieuse. Reconnaître les opportunités stratégiques quand elles se présentent, pour savoir quand avancer et quand reculer, sans jamais créer aucune opportunité pour l’ennemi en retour. Wikipédia
Soit la bonne action au moment opportun qui n'ouvre pas une brèche pour l'ennemi (la concurrence, la maladie, ...) non contradictoire (restez  chez vous, allez voter ???)

V. De la contenance

L’habileté dans le commandement des troupes ou la gestion de ses effectifs repose sur un usage créatif et agile de leurs capacités et aptitudes respectives (qu'il faut connaitre comme vu dans le chapitre 1), ainsi que dans la distinction entre ce qui doit être fait en secret et ce qui doit être exécuté ouvertement. Elle consiste à créer des dynamiques et prendre l’ennemi par surprise. L'effet de surprise dans un combat peut résulter d'une feinte par exemple, face au covid je ne sais pas si l'on peut feinter un balayage pour attaquer au visage ... 😶😷

VI. Du plein et du vide


Les opportunités stratégiques qu’il convient de saisir sont des ouvertures que l’ennemi crée en réaction aux différentes pressions et mouvements qui sont exercées sur lui ; le champ de bataille est en quelque sorte fluide et toujours en mouvement, il faut resté attentif pour saisir la faille quand elle apparaît.

VII. De l’affrontement direct et indirect


Les affrontements directs, limités ou généraux, sont risqués. L’engagement d’une bataille décisive suppose des préparatifs nombreux de même qu’une excellente connaissance de l’environnement et de l’ennemi. Il existe un certain nombre de stratagèmes relevant de l’affrontement indirect et dont le chef de guerre peut user pour se procurer un avantage face à un ennemi aussi prudent et vaillant que lui.

VIII. Les neuf changements


Les neuf circonstances principales qui doivent engager le chef de guerre à changer la formation ou la disposition de son armée, à changer de situation, à aller ou venir, à attaquer ou défendre, à agir ou se tenir en repos. Les cinq dangers contre lesquels se prémunir : trop grande ardeur à affronter la mort ; trop grande attention à conserver la vie ; la colère précipitée ; les réactions d’orgueil ; trop grande complaisance avec ses soldats.
Hors contexte, l'on comprend bien qui faut rester vigilant, garder son sang froid, rester a l'écoute et agir en conséquence avec tempérence.

IX. De la distribution des moyens


Les différentes situations dans lesquelles on se trouve en progressant en territoire ennemi, et les changements de circonstances auxquels il faut savoir répondre. La clé du succès réside le plus souvent dans l’évaluation des intentions de l’ennemi. Il faut donc bien connaître le camp adverse pour lui faire face intelligemment avec les moyens dont on dispose. Maîtriser les objectifs de chaque camp pour manœuvrer habillement.

X. De la topographie


Avez-vous déjà joué au football sur un terrain en pente ? Préférez-vous être en haut ou en bas ? Laissez moi deviner ... en haut j'imagine. Mais un terrain, qu'importe l'activité, ça se prépare, pourquoi une équipe préfère jouer à domicile ??? Elle maîtrise le terrain ! Evidemment.


Les trois types de lieux où établir son campement pour avoir l’avantage sur l’ennemi, et les six manières de tromper ou d’être trompé qui découlent de ces prises de positions.
Sun Tzu 

XI. Des neuf sortes de terrains


Les neuf sortes de terrains qui peuvent être à l’avantage ou au détriment de l’une ou de l’autre armée : les lieux de division ou de dispersion (à la frontière des positions ennemies) ; les lieux légers (avancés derrière les lignes ennemies) ; les lieux qui peuvent être disputés (qu’il faut prendre ou défendre face à l’ennemi) ; les lieux de réunion (zones de repli que l’ennemi peut aussi envisager comme telles) ; les lieux pleins et unis (qui permettent l’utilisation par les deux armées) ; les lieux à plusieurs issues (à la jonction de plusieurs États et par où les secours de l’une ou l’autre armée peuvent arriver) ; les lieux graves et importants (qui sont situés en territoire ennemi et ont un fort intérêt stratégique) ; les lieux gâtés ou détruits (difficilement praticables) ; les lieux de mort (zones de danger critique).

Là il faut vraiment lire le livre, ne vous empêtrez pas dans un terrain dangereux sans une parfaite maîtrise des éléments en votre possession et une connaissance accrue de l'ennemie (position, objectifs), état, ...). Ce chapitre indique clairement qu'il faut ce positionner de manière a ce mettre en avantage. Fasse au covid 19, je comparerais cela aux distanciations sociales. Donner du terrain à la maladie en demandant a des personnes d'aller travailler sur un terrain ne permettant pas d'appliquer les gestes barrière c'est enfoncer ses troupes dans les marais alors que l'ennemi est juste derrière avec d'excellents archers.
Certes il faut avancer, mais avons-nous envisagé tous les chemins ? Connaissons-nous véritablement les capacités du camp adverse ?



XII. De l’art d’attaquer par le feu


Les cinq manières de combattre par le feu : brûler les hommes ; brûler les provisions ; brûler les bagages ; brûler les arsenaux et les magasins ; utiliser des projectiles incendiaires. En cas d’attaque par le feu, il est fondamental de : laisser le feu faire son office plutôt que d’en profiter pour attaquer imprudemment ; ne pas laisser l’ennemi éteindre le feu ; observer les vents pour savoir où démarrer l’incendie ; anticiper les changements dans les vents ; ne pratiquer l’inondation qu’avec parcimonie.

Bon là non, on ne va pas brûler tout et tout le monde pour empêcher la propagation du virus ... enfin je n'espère pas !

XIII. De la concorde et de la discorde


L’utilisation intensive de l’espionnage est le moyen le plus sûr d’exploiter à son avantage les cinq types de discordes : discorde dans les villes et villages, ou comment s’attacher les populations qui sont sous la domination de l’ennemi ; discorde extérieure, ou comment avoir à son service les officiers ennemis ; discorde entre les inférieurs et les supérieurs, ou comment semer la défiance dans les rangs adverses ; discorde de mort, ou comment faire parvenir à l’ennemi de fausses informations sur l’état de notre armée ; discorde de vie, ou comment rémunérer les ennemis qui font défection pour se mettre à notre service.

Oui espionner le coronavirus ... c'est dur ... quoique ... nous avons des chercheurs, des exemples de pays touchés avant nous ... oui nous pouvons l'espionner, l'avons-nous déjà sérieusement fait ?


Vous souhaitez lire ou relire ce livre ? Le voici :

 

J'ai spécialement édité cette version illustrée. Qu'importe la situation, ce livre est bourré d'inspiration, j'espère qu'il vous plaira !

Cet article touche à sa fin, alors oui appliquer tout les conseils martiaux de se livre à une pandémie n'est pas forcément réalisable, mais une bonne partie oui. Comme apprendre à le connaitre au mieux et connaitre l'ensemble des "armes" a notre disponibilité pour lutter contre.
J'espère que vous et vos proches vous portez bien, je soutiens a 200% les malades et les victimes de ce virus qui marquera nos vies et notre histoire pour longtemps. Paix et bonheur a vous !


J'espère aussi que cet article vous aura plu.
Si c'est le cas vous allez adorer ce livre :



N’hésitez pas à laisser un commentaire pour partager vos connaissances aux autres lecteurs et à moi-même.

Merci d'avance.



Kenavo !


Pour aller plus loin ensemble :





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous !
Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ?



Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉.
Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite.

Je vous mets le lien en fin d'article.

Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)?
Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui.

On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article : 5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO)




C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démonstration qui aura lieu devant plus de deux cents expe…

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!!

Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel. L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire.


Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu ». La seule significa…

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers !

Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet.





Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés.


Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰Enpi - Empi - Wansu - Wanshu

J'ai …

Vous en voulez plus ?

S'abonner

* indicates required
Ce qui vous intéresse




J'AI ÉCRIS CES LIVRES POUR VOUS :