Accéder au contenu principal

Mes livres

 J'AI ÉCRIT CES LIVRES POUR VOUS :



François II de Bretagne a-t-il brûlé dans la cathédrale de Nantes ?



Demat !

Malheureusement pour le patrimoine breton, la cathédrale de Nantes vient de brûler ce jour (car, oui, Nantes est bretonne).

MAJ du 19/07 en fin d'article

Le saviez-vous ?


Cette cathédrale abritait le tombeau d'un des derniers Duc de Bretagne : François II (Frañsez II pour les puristes).


Tombeau de François II de Bretagne à Nantes


Anne de Bretagne commanda ce tombeau pour honorer la mémoire de ses parents. Il est considéré comme un chef-d'œuvre de la sculpture de la Renaissance française. Il est également un mémorial de la dynastie des Montfort, et apparaît comme un symbole marquant de l'histoire de la Bretagne, en tant que « tombeau de la nationalité bretonne » dans cette époque charnière où l'hommage au dernier duc de Bretagne est rendu par celle dont le mariage conduit l'union de la Bretagne à la France.

Le monument a été initialement désigné sous le nom de « tombeau des Carmes ». Il devait cette appellation à son emplacement d'origine, car François II avait souhaité que son corps reposât dans la chapelle des Carmes à Nantes, auprès de sa première épouse, Marguerite de Bretagne, à laquelle il devait son titre de duc.

En 1506, la duchesse et reine de France Anne obtient du pape Jules II l'autorisation de faire transférer les restes de sa mère, Marguerite de Foix (qui était inhumée dans la cathédrale depuis 1487), dans le tombeau de la chapelle des Carmes, opération réalisée en 1507. À sa mort, Anne de Bretagne est inhumée dans la basilique Saint-Denis, comme tous les monarques capétiens. Seul son cœur, déposé dans un écrin en or, est placé dans le tombeau familial par le chancelier du duché de Bretagne Philippe de Montauban le 19 mars 1514. En 1727, Gérard Mellier, alors maire de Nantes, fait exhumer l'écrin, craignant que les religieux n'en aient fait fondre l'or.

En 1791, lors de la Révolution française, les religieux sont dispersés, et le mobilier est vendu. En 1792, les bâtiments, dont l'église, sont vendus comme biens nationaux. Les trois cercueils sont déplacés dans la crypte de la cathédrale, et le tombeau est caché pour en éviter la destruction. Cet acte de sauvegarde est parfois attribué à Jean-Baptiste Ogée, parfois à Mathurin Crucy. Lorsque le tombeau est retrouvé, en 1800, ce dernier propose de réutiliser l'œuvre pour en faire la base d'une colonne commémorative. Cette proposition est refusée par le préfet Le Tourneur, et le monument est transféré dans un croisillon sud de la cathédrale en 1817.

Le tombeau est classé au titre « immeuble » des monuments historiques depuis 1862.

Qui était François II de Bretagne ?


François II , né le 23 juin 1435 à Étampes et mort le 9 septembre 1488 à Couëron, est duc de Bretagne de 1458 à 1488. Quatrième enfant et seul fils survivant de Richard de Bretagne, comte d'Étampes, il devient à la mort de son père comte titulaire d'Étampes puis est désigné héritier présomptif du duché de Bretagne avant d'accéder au duché en 1458. Il est également titré comte de Richemont, de Montfort et de Vertus.

Arms of Francois de France.svg  
François II (1435-1488) est le petit-fils de Jean IV. Il succède à Arthur III (1457-1458) et prête successivement hommage simple et non pas lige pour la Bretagne, attendu que la Bretagne n'est pas issue du Royaume de France à Charles VII en 1459, et à Louis XI en 1461.

Soucieux d'affirmer et de maintenir la plus large autonomie à son duché, François II, comme d'autres grands féodaux, s'oppose au pouvoir royal qui est sorti renforcé des l'élimination des Anglais du continent. Cette politique se traduit par la participation de François II aux guerres et manœuvres de la Ligue de bien public qui combat Louis XI et sa politique agressive en 1465, puis signe la paix avec le roi le 23 décembre 1465.

Réputé faible de caractère, il ne veut s'imposer ni à ses conseillers, ni à ses barons. En 1486, par précaution, François II fait reconnaître ses filles Anne (1477-1514) et Isabeau, héritières du duché aux États réunis à Vannes, y compris par les signataires du traité de Montargis. Mais de nombreux nobles bretons conservent des intérêts importants du côté français, leur rendant le choix plus difficile en cas de guerre.

Il forme une ligue contre la France le 13 décembre 1486. Les Français envahissent la Bretagne et font le siège de Nantes. François est définitivement battu à Saint-Aubin de Cormier le 28 juillet 1488. Malgré un important effort de modernisation de l'État, il laisse un duché profondément divisé, ruiné par la guerre et dont certaines parties tenteront de proclamer leur indépendance comme a St-Malo.


Alors ce tombeau a-t-il brûlé ?

C'est très probable vu l'étendu des dégâts. Néanmoins rien n'est encore sûr. L'article sera donc mis à jour en fonction des prochaines informations, restez à l'écoute.




Pour aller plus loin ensemble je vous propose ces articles :
















MAJ du 19/07 :

Apriori, le tombeau n'est que légèrement noircit, j'attends toujours une confirmation du Diocèse de Nantes.
Voici une photo rassurante (pour le tombeau uniquement) qu'ils ont publiés sur leur page Facebook :


MAJ 2 du 19/07 :
Nouvelle mise à jour avec cette info de l'agence presse de Bretagne :

L’incendie criminel qui a ravagé la cathédrale de Nantes a détruit complètement les orgues, les stalles, des tableaux importants et surtout le magnifique vitrail de la vie d’Anne de Bretagne réalisé en 1499 de son vivant. C’est une partie du patrimoine religieux breton qui est parti en fumée.

Il a cependant épargné les tombeaux en marbre de Carrare du dernier duc de Bretagne François II et de son épouse la duchesse Marguerite de Foix. Des chef-d’oeuvres qui font partie des plus beaux tombeaux au monde. Aussi épargnée, la statue Anne de Bretagne.

Source : www.apb.bzh

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

MAIS QUI EST DANA ? (Mythologie celte)

Dana (on trouve aussi la graphie Danu), dans la mythologie celtique irlandaise est la déesse primordiale des Tuatha Dé Danann, les « gens de la déesse Dana », c'est-à-dire les dieux des Celtes avant la christianisation de l’île. Dans le Glossaire de Cormac (Sanas Cormaic, manuscrit du xe siècle de l’évêque Cormac de Cashel), elle est aussi appelée Ana et Anu. Elle est la mère du Dagda et de Lir. Elle serait à l’origine de l'installation de son peuple en Irlande, alors qu'il vivait dans les quatre îles au nord du Monde. Son équivalent dans la mythologie celtique galloise est Dôn. C’est une déesse panceltique. Il existe dans la mythologie brâhmanique une divinité nommée Danu qui a engendré une race de géants, les Danavas. La signification du nom pourrait être « donateur », « bienfaiteur » (en Inde, les Dânapati sont les donateurs des monastères bouddhiques et Dāna désigne le don), ce qui en fait une déesse de la fertilité et de la prospérité. Chez les Cel

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers ! Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet. Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés. Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰 Enpi -  Empi

Vous en voulez plus ?

S'incrire

* indicates required