Accéder au contenu principal

 







HOLLVED - LA LÉGENDE DES GUERRIERS DE FEU


Efnir était sur la route du "Havre", nom donné à la cité bâtie il y a plusieurs centaines de cycles par les pacificateurs.


Il repensa alors à une légende contée par les pacificateurs aux nouvelles recrues lors de leur rite d'admission :


Il y a longtemps, alors que les pacificateurs ne portaient pas encore ce nom, certains de leurs fondateurs étudiaient l'art du combat sous toutes ses formes.






L'un des temples perdus était situé sur une planète luxuriante en périphérie du système. Le temple était creusé à même la pierre, s’enfonçant dans la roche dans un dédale de pièces harmonieuses, dont les parois étaient gravées de multiples symboles semblant ne pas avoir de fin. Ce temple appartenait, à cette époque, à un ordre millénaire dont personne aujourd'hui ne se rappelle du nom.



Cet ordre recueillait les orphelins dont personne ne pouvait s'occuper, comme le font aujourd'hui les pacificateurs. Néanmoins leur seul objectif était de les former au combat et à l'art de la guerre afin de proposer leurs services en tant que mercenaires.






A l'extérieur du temple, les recrues s'entraînaient dans de grands cercles de pierres, les maîtres instructeurs étaient rudes et repoussaient sans cesse les limites de ces apprentis. Pourtant il se dégageait d'eux une certaine bienveillance, certains étaient même perçus comme des mères et pères de substitution.



Plus les membres de cet ordre étaient aguerris, et plus ils avaient le droit d'accéder aux pièces s'enfonçant dans la roche. Les premières pièces n'étaient que très grossières et servaient d'abris pour le bétail et le matériel ainsi que pour les différentes tâches extérieures lors des jours de mauvais temps. Les pièces suivantes étaient décorées de gravures et servaient de pièces communes pour la vie de tous les jours. À ce même niveau on pouvait accéder au dortoir des derniers orphelins arrivés. Plus on s'enfonçait dans la roche, et plus on pénétrait dans les quartiers des maîtres des lieux. L'ordre était composé d'un conseil, les aînés qui occupaient les quartiers mystiques où les parois semblaient avoir été polies par le feu tellement elles étaient lisses et brillantes.






Chaque matin les orphelins vaquaient à l'entretien du temple, l'après-midi étant consacré à l'art du combat. Rien n'était laissé au hasard, les novices apprenaient les bases du combat à main nue et découvraient les armes. Puis, lorsque les instructeurs les jugeaient prêts, ils choisissaient une arme pour se perfectionner à son utilisation.

La légende dit que si l'instructeur estimait que l'arme n'était pas adaptée à son utilisateur, il pouvait lui-même désigner celle qui serait attribuée au jeune guerrier.

Le soir était consacré à la méditation. Elle pouvait être immobile ou en mouvement, là encore l'instructeur choisissait pour chaque orphelin quelle était la pratique la plus adéquate. Les orphelins donnaient le meilleur d'eux-mêmes et suivaient les instructions à la lettre car, régulièrement, l'ordre renvoyait ceux qui n'étaient pas à la hauteur de leurs attentes.






Cet ordre n’était pas un orphelinat philanthrope, mais une puissante organisation de mercenaires. Les enfants qui ne s'adaptaient pas, n'étaient pas à la hauteur ou qui n'obéissaient pas scrupuleusement aux ordres étaient soit abandonnés soit revendus comme esclaves. Pourtant, de nombreux enfants leurs étaient encore confiés plutôt que d'être abandonnés à des morts certaines lors de conflits meurtriers.



Cet ordre n'hésitait d’ailleurs pas à encourager les conflits, afin d'entretenir leurs affaires.



La légende dit, pourtant, que malgré plusieurs tentatives de différents ennemis, jamais ce temple ne tomba. Car il aurait été mené par cinq "Guerriers de Feu".






Ces Guerriers de Feu étaient de puissants combattants capables, toujours selon la légende, d'embraser leur énergie vitale afin de blesser mortellement leurs adversaires.



Les premiers pacificateurs auraient été des membres prometteurs de cet ordre, ayant déserté l'ordre afin de permettre de rétablir la paix.



Aujourd'hui cet ordre n'existe plus, la légende dit que les maîtres de feu se seraient entre-tués suite à un énorme désaccord, embrasant leur temple et leurs disciples.



Les déserteurs ayant voulu ne garder que le meilleur de cet ordre seraient devenus les premiers pacificateurs. Se donnant pour mission de maintenir la paix, leur service et leur réputation leur auraient très vite permis de créer un "havre" de paix pour accueillir les orphelins des conflits qu'ils étaient chargés d'apaiser.






C'est sur la route de ce Havre devenu une ville entière, bâti sous le signe de la paix et de l'harmonie, que se trouvait le guerrier. Songeant à ce que son mentor avait de si important à lui déclarer.





J’espère que cette histoire vous plaît, n'hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires !

Kenavo !

Commentaires

** TOUS LES ARTICLES DU BLOG ICI **

 







Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required

PARTENARIAT AUDIBLE