Accéder au contenu principal

 







LE TOUR DE GARDE - nouvelle de fantasy

Bonjour à tous, je vous emmène aujourd’hui faire un tour de garde devant l’impressionnante cité de Toroporos. Là où l’opulence des maîtres des lieux tranche nettement avec la pauvreté des bas quartiers. Entre les deux, la classe moyenne se débat pour survivre dignement. En cette nuit glaciale, personne n’ose s’aventurer dehors. Le couvre-feu est déclaré depuis longtemps pour contenir la population et traquer un mystérieux groupuscule d’opposition qui profiterait de la nuit tombée pour conspirer.

 C’était un de ces soirs où la pleine lune peine à percer les épais nuages qui passent sans cesse devant elle. Les ombres jouaient ainsi avec les nerfs des gardes simulant, de temps à autre, l’apparition d’un dragon dans le ciel.

Ça aurait été une nuit parfaite pour une attaque par les airs. Pourtant le danger viendrait d’ailleurs. Il venait lentement, tapi dans l’ombre, attendant le bon moment pour se mouvoir suivant l’ombre d’un nuage menaçant ou les mouvements des gardes qui redoutaient l’engourdissement en restant dans une position fixe.

Les gardes les plus expérimentés pouvaient le sentir se danger, mais ils ne pouvaient pas le voir. La tension montait encore d’un cran. À cela s’ajoutait la fatigue d’un long tour de garde devant la forteresse du maître des lieux. Heureusement, la relève arriverait bientôt, il serait alors temps de prendre un repos bien mérité et transmettre l’angoisse et la crainte à l’équipe suivante comme une patate chaude. Pourtant, il est bien difficile de se débarrasser de ce genre d’impressions et de sentiments. Ça colle comme de la mélasse et vous prend aux tripes pendant longtemps. Même après avoir cédé son tour de garde il est bien difficile de s’en soustraire avant de trouver refuge dans un sommeil salvateur, s’il le veut bien et n’est pas lui-même hanté par la torpeur.


Oui, la vie d’un garde n’est pas de tout repos, mais après tout, c’est dans toute la cité de Toroporos que la crainte règne depuis plusieurs lunes.


Soudain, un mouvement sur la gauche attira le regard d’un garde qui fit signe à son camarade qu’il allait vérifier de quoi il s’agissait. Il lui semblait bien avoir aperçu une ombre se glisser dans l’angle du bâtiment. Le garde approcha lentement du coin du bâtiment. Effleurant la pierre millénaire qui dressait depuis longtemps la muraille du poste de garde. Il sentait son odeur humide et salée qui trahissait l’arrivée imminente d’un orage futur. Il fit irruption dans le renfoncement, épée dressée droit devant lui pour pouvoir parer une éventuelle attaque. Il sursauta pourtant en voyant un gros chatrax, un gros chat a deux queues, fuir effrayé alors qu’il pistait certainement un rat attiré par les stocks de provisions entassés juste derrière le mur. Rassuré après que la surprise soit, passée, le garde regagna son poste. Il fit signe à son camarade qu’il s’agissait d’une fausse alerte. Devant l’absence de réponse de celui-ci, il réitéra son signe de main. Les gardes de la cité possédaient leur propre système de communication à travers différents signes de main, son acolyte lui répondit cette fois d’un simple signe qui n’était absolument pas répertorié. Comment osait-il lui faire un tel affront ? Le garde s’approcha alors de son camarade négligeant pour une mise au point verbale. Arrivé à moins de trois mètres, il allait réprimander son collègue lorsque ce dernier s’écroula lourdement sur le sol dévoilant une ombre noire jusqu’alors dissimulé derrière lui. Le garde cria immédiatement l’alerte, mais le seul son qui sortit de sa bouche était celui d’un léger ruissellement de sang. L’ombre noire s’était approchée à une vitesse fulgurante et l’avait transpercé de son épée. Le garde eut pour dernière vision le regard de son meurtrier. Un regard froid, bien que rougeoyant. Une étrange sensation de chaleur s’empara de lui, il avait mal, mais pas autant qu’il aurait pu l’imaginer dans une telle situation. Puis plus rien, il ne sentait plus rien, pas même la chute de son corps sur le pavé. Rien, sa vie venait de s’achever sans qu’il eût pu la défendre.

J’espère que cette courte histoire vous a plus, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires.

Et voici cette histoire en vidéo, à écouter et partager sans modération :



Je vous dis à bientôt pour une nouvelle histoire. D’ici-là, portez-vous bien et Kenavo.

Commentaires

** TOUS LES ARTICLES DU BLOG ICI **

 







Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required

PARTENARIAT AUDIBLE