Accéder au contenu principal

 







LE GUERRIER ET L'ENFANT - nouvelle de fantasy

Cette mission avait été un succès. Galdor avait rempli la part de son marché et avait touché son dû. Chose assez rare pour le mentionner. Pas qu’il n’accomplissait pas régulièrement ses missions, mais pour la paie c’était autre chose.



Le mercenaire recherchait maintenant un lieu paisible pour se reposer, soigner ses blessures et faire l’inventaire de son équipement. La petite cité de Gamnios, à la frontière du royaume Glad, était idéale pour ça. Non loin du territoire libre d’où il avait quitté ses derniers partenaires, la petite cité était néanmoins sous la protection du royaume le plus puissant du continent. Cette protection lui offrait un cadre idéal pour prendre un peu de repos avant de repartir pour une nouvelle aventure.

Car, oui, Galdor avait bien l’intention de dénicher une nouvelle mission. Encore une ou deux et il pourrait se retirer, acheter une petite terre à l’abri des conflits et vivre paisiblement le reste de ses jours. Serait-il capable de supporter une vie sans aventure et sans danger ? Cela était une autre question.

Mais l’avenir de Galdor ne lui appartenait pas. Son destin allait soudainement basculer sans qu’il n’ait son mot à dire. 

Cela faisait maintenant deux semaines que le mercenaire s’était établi à l’auberge du soleil couchant. L’auberge était située proche du quartier commerçant, idéal pour le réassort du guerrier. Ce dernier rendit les clés de sa chambre en fin de matinée. Il avait prévu de quitter la cité après un passage au marché afin de faire des provisions. Le marché était bondé, de nombreux marchands ambulants venant des Terres Noires apportaient des marchandises exotiques prisées des habitants de Gamnios. L’un de ces marchands vendait des fruits du sud des Terres Noires, excellent pour la récupération qui intéressait fortement Galdor. 🍉 Il n’en prit pourtant qu’un, car abuser de ces fruits peut déranger le système digestif. Un mercenaire ayant besoin de passer son temps aux toilettes est rarement très efficace. Alors qu’il terminait de remplir ses provisions, le guerrier entendit un cri provenant d’une petite ruelle. Étrangement, les badauds, pourtant plus proche encore que lui, l’ignorèrent totalement. Il approcha pour y jeter un œil quand un homme l’arrêta.

« Ignore cet endroit l’étranger, c’est le repère des assassins, personne n’en sort indemne. »

Galdor acquiesça, il n’avait pas envie de s’attirer des ennuis. Il tourna les talons et prit la direction de la porte nord de la cité. Soudain, un vacarme lui fit se retourner. Un enfant de dix maximum déboula de la rue des assassins renversant l’étalage d’un commerçant. L’enfant courrait en direction du mercenaire, leurs deux regards se croisèrent, Galdor reconnut la terreur dans les yeux du jeune garçon. Deux hommes déboulèrent à leur tour de la ruelle, poignard à la main, l’enfant chétif semblait sérieusement en danger. Les deux hommes dépassèrent le mercenaire en le bousculant, il leur emboîta le pas. Au carrefour suivant, les deux assassins avaient rattrapé le garçon qui se terrait sous une échoppe.

« Vient là morveux », juraient les deux hommes qui tentaient de le saisir.

« Allez laisse toi faire et on ne t’étripera pas », disaient-ils encore. 

Cette scène raviva de mauvais souvenirs au guerrier. Lui aussi avait essayé de fuir sa condition d’esclave enfant, il avait dû son salut à un maître bienveillant. Ce dont ce jeune garçon ne semblait pas bénéficier. 

« Puis-je vous aider ? » Demanda-t-il soudain aux assassins.

« Passe ton chemin l’étranger, ce morveux appartient à la guilde des assassins. Déguerpis si tu tiens à la vie. »

Galdor acquiesça et commença à s’éloigner. L’enfant pleurait, suffoquant de peur.

« Tu ne veux pas sortir ! Très bien, dès que je te ramène, je te coupe deux doigts, ça ne t’empêchera pas de voler pour nous sac à merde ! »

Une lame trancha soudain l’air et la gorge de l’homme qui venait de prononcer ses paroles. Son acolyte fit un bon de côté, surpris, mais alerte. Il sortit aussitôt deux lames courtes pour faire face à Galdor. Ce dernier n’avait pas supporté l’image que les mots de l’assassin avaient fait apparaître dans sa tête. Ce guerrier avait pourtant déjà fait preuve d’un sang-froid remarquable à de nombreuses reprises dans sa carrière. L’assassin avait eu le malheur de toucher sa corde sensible. 

Pourtant ce geste, qu’il avait effectué comme un réflexe, venait de faire basculer sa vie. Il le savait, mais dans l’immédiat, il devait la sauver, car un véritable assassin avait l’intention de le tuer et il ne disposait plus d’effet de surprise.

L’assassin tourna lentement autour du guerrier pour se donner un meilleur angle d’attaque. Galdor comprit rapidement son objectif : avoir le soleil dans le dos. Impossible de le laisser faire sans signer son arrêt de mort, il frappa pour l’empêcher de continuer. C’était le plan B de l’assassin qui para d’une lame et attaqua à son tour de l’autre. Sans son expérience du combat, Galdor aurait eu l’artère tranchée. Heureusement, il eut le bon réflexe en reculant d’un pas. L’assassin enchaîna de plusieurs vivent attaques que le guerrier esquiva et para. Cependant, il fut vite acculé fasse a cet excellent combattant et trébucha. L’assassin en profita pour lui bondir à la gorge. Coucher sur le pavé, Galdor lâcha son épée pour se saisir de la main de son ennemi qui tentait de lui trancher la gorge. Avec un sourire sadique, l’agresseur leva sa deuxième lame au-dessus de la tête du mercenaire. 🗡️ Soudain, le meurtrier lâcha un hurlement de douleur en se redressant. Galdor le repoussa, se saisit de son épée et lui plongea en pleine poitrine. Les yeux de l’assassin se révulsèrent et il s’écroula sur le côté, révélant le jeune garçon qui venait de lui planter un poignard dans le mollet, sauvant ainsi le mercenaire qui lui avait porté secours.

Les passants étaient figés sur place, incrédules. Un homme venait de s’opposer à la guilde des assassins. En tuant deux de ses membres, qui plus est. Galdor avait conscience de la gravité de son acte, il rangea son épée, ramassa son paquetage et se fraya un chemin dans la foule pour quitter la ville au plus vite. Il sentit soudain quelqu’un l’agripper. Il se retourna prêt à livrer un nouveau combat. Il n’eut pourtant pas à le faire. Il reconnut l’enfant qui le regardait d’un air suppliant. Il lui prit la main et l’emmena avec lui.


Où l’emmena-t-il ? Vous aimeriez le savoir ? Si la suite vous intéresse, dites-le-moi dans les commentaires.

Et pour ceux qui sont joueurs, il y a un « easter egg » dans cette histoire, je vous laisse également m’en faire part dans les commentaires. 😉 (un indice ici)

En attendant, portez-vous bien et Kenavo. 😉


Si vous avez aimé cette histoire celle-ci est faite pour vous : LE TOUR DE GARDE

Et ce livre vous plaira certainement :




Commentaires

** TOUS LES ARTICLES DU BLOG ICI **

 







Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required