Accéder au contenu principal

 







Tode Sakugawa et les pirates chinois

Tode Sakugawa et les pirates chinois



À cette époque lointaine, le royaume des Ryu-Kyu devait apporter un tribut au grand empire de Chine.

Cette année là, Sakugawa (« Teruya Chikudon Peichin Kanga » de son vrai nom) faisait route sur le bateau officiel du royaume en compagnie de personnalités importantes. Il devait avoir une trentaine d’années et était envoyé en Chine comme étudiant par l’administration du royaume des Ryu-Kyu pour y développer ses qualités physiques et intellectuelles. Le tribut était composé de riches marchandises qu’il fallait absolument protéger des pirates des mers de Chine.


Le capitaine et l’équipage du Shinkôsen (nom du navire spécial qui apportait le tribut à la dynastie des Ming) se devaient de défendre coûte que coûte ce précieux chargement. Bien sûr le navire était armé, mais surtout chaque passager était tenu, par ordre du roi, d’aider l’équipage en cas d’abordage par les pirates.

La réputation de Sakugawa en ce temps-là était déjà très grande. Certes, il ne connaissait pas grand-chose au combat maritime, mais avoir un tel combattant près de soi était rassurant.

Le chef de la sécurité du navire en fit son assistant.

« Tu as vu qui est là pour nous protéger ? »

« Non ! »

« Tode Sakugawa lui-même ! »

« Quoi ? Le célèbre Bushi. Celui devant qui même les Samurais de Satsuma* tremblent ! »

« Oui, c’est lui. Il assiste le chef de la sécurité, je pense que nous ne risquons rien durant ce voyage. »

« Quel bonheur nous pourrons boire à satiété, sans soucis ! La vie est belle ».


Ainsi le voyage se déroulait sans encombre, les jours se succédaient sans la moindre trace des dangereux pirates. Avaient-ils eu vent que le célèbre Tode Sakugawa, celui qui maîtrisait l’art martial secret du royaume était parmi les passagers ? L’esprit tranquille, tout le monde vaquait à ses occupations.

Les côtes de l’empire du Milieu se rapprochaient. Le soir tombait, c’était la dernière nuit de voyage avant l’arrivée à Fuzhou et tout le monde se réjouissait de fouler de nouveau la terre ferme.

C’était une nuit sans lune, les nuages obscurcissaient l’horizon, mais le moral de tout le monde était au beau fixe après ce voyage sans encombre.


Soudain, un grand bruit éclata dans la nuit, des hurlements sauvages fusèrent de l’obscurité, puis des flèches jaillirent vers leurs cibles comme sorties du néant.

- « Nous sommes cernés, les pirates, les pirates » cria le vigile de permanence avant de tomber sous une nuée de flèches.


Tode Sakugawa dès le premier bruit avait compris et ne perdant pas un instant, se débarrassa de ses vêtements afin de ne pas être gêné dans ses mouvements et aussi pour ne pas se faire agripper par un pirate. Il saisit son Bô (bâton de 1,81 mètre toujours utilisé en Bôjutsu) qui était toujours près de lui et se précipita sur le pont où une mêlée indescriptible opposait les pirates à l’équipage.

Il se déplaçait en hurlant des poèmes, tant pour effrayer les pirates que pour donner du courage à ses compagnons.

Son Bô frappait devant, derrière. Il se déplaçait à une vitesse folle avec de grands gestes circulaires et petit à petit le vide se fit autour de lui.


Il restait pourtant un pirate, d’une force exceptionnelle, qui se battait avec férocité et détruisait tout sur son passage. Malgré l’obscurité, Kanga pouvait deviner le sourire de la brute. Sans perde un instant, il se dirigea vers lui, mais à ce moment-là il sentit dans son dos la présence de plusieurs bandits. Combien étaient-ils ? Quatre ? Cinq ? Peut-être plus.

Sakugawa n’avait pas le temps de réfléchir, il se tourna et utilisant son Bô dans la largeur, tenta de tous les envoyer par-dessus bord. La manœuvre réussit, mais il fut emporté lui aussi à la mer. Tout le monde pensa que le grand Sakugawa avait péri dans les flots.


Le lendemain, une patrouille navale du Fukian recueillit quelques pirates tombés à la mer. Les Chinois les arrêtèrent et ils furent mis au cachot. Parmi eux se trouvait Sakugawa bel et bien vivant. Il fut lui aussi accusé de piraterie. Il tenta d’expliquer la situation, mais rien n’y fit et il fut transféré à Pékin avec les autres prisonniers pour y être jugé.


À cette époque la piraterie était un gros problème pour l’Empire chinois et l’administration était sans pitié. Sans surprise, le juge de l’administration pénale prononça la peine de mort pour tous. Le jour de l’exécution arriva. Comme de coutume, on donna comme dernier repas aux condamnés un véritable festin. Tous se jetèrent dessus et mangèrent comme de vulgaires cochons, sauf Kanga. En signe de protestation, il refusait de toucher à la nourriture bien qu’il n’eût rien mangé depuis plusieurs jours et continuait à clamer haut et fort son innocence.


Les gardes chinois s’étonnèrent de cet incident.

« Tu as vu ce gueux ? Il ne veut même pas manger ! Quel gaspillage, on ne nous donne pas une si bonne nourriture à nous ! »

« C’est étonnant, cela fait 15 ans que je suis garde et je n’ai jamais vu ça ! On doit en parler au chef ! »

« Laisse tomber, s’il ne veut pas manger c’est son problème pas le nôtre »

« Non, je vais rapporter ce fait »


Le responsable des gardes fut très troublé par ce comportement aussi complètement inhabituel, et alla interroger le pirate »

« Pourquoi te comportes-tu ainsi ? »

« Je ne suis pas un pirate, je suis Sakugawa Kanga l’envoyé du roi des Ryu-Kyu. J’ai combattu les pirates et je suis tombé à la mer avec eux ! »


L’histoire du combat héroïque et de la bravoure du Bushi Sakugawa était parvenue jusqu’aux oreilles du responsable des gardes. Celui-ci comprit tout de suite à qui il avait à faire.

Non seulement Sakugawa fut libéré, mais les dignitaires de Pékin enthousiasmés par son courage l’autorisèrent à rester et à pratiquer la boxe chinoise.


*— En 1609 Okinawa fut envahie par le clan Satsuma (de la région de Kagoshima), mais laissa une relative indépendance au petit royaume afin de pouvoir commercer avec la Chine.


RETROUVEZ CETTE HISTOIRES ET 29 AUTRES DANS CE LIVRE :

De tout temps, les arts martiaux ont inspiré et vu grandir de grands guerriers et de grands sages.

Découvrez 30 histoires plus surprenantes les unes que les autres dans ce livre.

Remplis d’action, d’audace, d’habileté et d’exploits incroyables, Legendia — contes et légendes d’arts martiaux, inspirera les lecteurs et passionnés de tous âges avec des histoires de courage, d’endurance et de découverte de soi.

DISPONIBLE SUR AMAZON

ET SUR LA BOUTIQUE MOJENN

Commentaires

** TOUS LES ARTICLES DU BLOG ICI **

 







Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required