Accéder au contenu principal

 







KERTIAN ET LE BUGUL NOZ DU RIANT - folklore breton

 Il y a fort longtemps, à l'époque ou les contes et légendes prenaient vie chaque soir, il y avait une créature crainte de tous :

Le Bugul-Noz


Laissez-moi vous conter l'histoire du Bugul-Noz du Riant.


C’était il y a tout juste cent ans. Des disparitions étranges étaient recensées à travers tout le Riant (Bretagne), allant même jusque Hennebont et Lorient. Ces disparitions avaient principalement lieu la nuit, si bien que peu de personnes osaient s’aventurer au coucher du soleil.


Un jeune Breton du nom de Kertian ne put pourtant se résoudre à abandonner sa pauvre mère disparue. Armé d’un simple penn bazh (bâton de défense breton, voir article suivant pour plus de détails) il s’aventura dans la nuit pour retrouver la cause de la disparition de sa tendre mère.


Il ne tarda pas à rencontrer le terrible Bugul-Noz. D’une stature imposante, les crocs acérés et les yeux luisants de la créature lui donnaient des allures de loup-garou. La créature était accompagnée de plusieurs korrigans espiègles.


« Que fais-tu dehors à cette heure jeune inconscient ? »


« Je suis à la recherche de ma mère que vous avez enlevée Bugul-Noz. »


« Je n’ai enlevé personne, je suis le gardien de la nuit et tu vas rentrer chez toi, compris ? »


« Non, je cherche ma mère et ne rentrerai pas sans elle ! »


Le Bugul-Noz le foudroya alors du regard tandis que les korrigans se mirent danser de manière lugubre autour de lui. Il grandit alors devenant plus imposant. Le jeune breton n’en démentit pas et prépara son bâton. L’une des extrémités du bâton était tressée en forme d’attache de poignet lui garantissant de ne jamais le perdre, alors que l’autre extrémité était composée d’un nœud massif lui donnant ainsi l’apparence d’un gourdin. Le monstre tenta soudain de l’attraper, mais Kertian était très agile et il esquiva, encore et encore, les énormes pattes griffues. Les korrigans hurlaient pour encourager le Bugul-Noz. Alors que l’imposante créature tentait encore de l’agripper, Kertian le frappa vigoureusement à l’aide de son penn bazh. Le Bugul-Noz recula alors d’un pas et grandi encore, si bien qu’il se saisit aisément du jeune garçon.


« Tu sembles vaillant et intrépide, mais la nuit est le territoire des morts et des esprits. Je n’ai pas emporté d’humain, je ne fais que les avertir en les effrayant. Néanmoins, j’ai une idée de la créature qui pourrait avoir emporté ta mère. Je peux t’aider à la retrouver, mais je ne pourrais m’écarter de mon chemin de berger de la nuit. »


« Bien j’accepte ton aide, guide-moi vers ma mère, je t’en remercie d’avance. »


Le Bugul-Noz reprit une taille humaine et fit signe au jeune breton de le suivre.

... à suivre en fonction de vos commentaires ci-dessous.


C’est tout pour aujourd’hui, mais si vous souhaitez connaître la suite de cette histoire, dites-le-moi dans les commentaires 😏.


Et si vous souhaitez aller plus loin, voici les livres que j’ai écrits et qui vous permettront de découvrir de nombreuses autres histoires !



Et voici quelques articles que je vous recommande vivement si vous avez apprécié ce récit :




En attendant une prochaine histoire, portez-vous bien et kenavo !

Commentaires

  1. Bonjour
    Super début d'histoire. Ça m'intrigue énormément j'espère que vous la continuerez.
    Merci j'aime beaucoup ce style d'histoire ..et j'adore la Bretagne 😊
    Nathalie

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

** TOUS LES ARTICLES DU BLOG ICI **

 







Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required