Accéder au contenu principal

 







Les Hommes-Lion #Fantasy

Bonjour à tous !


Heldion est peuplé d'une grande diversité ethnique. Comme dans de nombreux monde de fantasy, vous y côtoierez des elfes, orcs et humains évidemment, mais il me tenait à cœur de vous proposer plus que cela.


C'est pourquoi vous y découvrirez notamment des hommes-lion.






Grandement inspiré par les légendes d’hommes fauves des croyances celtes et nordiques, j’ai décidé de donner à ces guerriers redoutables une place importante dans mes récits.
De tels personnages existent déjà dans l’univers de la fantasy comme, par exemple, les mythras de Final Fantasy, les Charrs de Guild Wars ou encore dans la BD "Les 5 terres" avec le royaume des félins (si vous avez d’autres références à partager, je serai ravi de les découvrir en commentaire).


Mais en cherchant plus en profondeur, je n’ai rien trouvé d’aussi détaillé que les elfes, gnomes, trolls, etc..  Et j’ai bien envie d’apporter une petite contribution à cette créature que je trouve, personnellement, épique.


Je vous l’accorde, je ne fais pas non plus dans l’originalité puisque les Égyptiens vouaient auparavant un culte à Apédémak et Myisis, des divinités à tête de lion associée aux symboles de la guerre, de la victoire, mais aussi de la fertilité.


Nous voici, donc, en présence des bases pour créer les Leonides, mi-hommes, mi-lions qui peuplent déjà Heldion et que vous avez certainement déjà croisés si vous êtes des lecteurs réguliers.
Les Leonides vivaient autrefois en tribus un peu partout dans les terres connues d’Heldion. Ces peuples de chasseurs vivaient généralement isolés des autres races respectant un code d’honneur très complexe permettant de hiérarchiser chaque clan. On y retrouvait la caste des artisans qui façonnaient les objets du quotidien, du simple cure-dent à la maison. La caste des sages qui transmettaient, entretenaient et enrichissaient le savoir. Et la caste des guerriers, chargée de la chasse et de la protection.


Les différents clans éparpillés à travers le monde possédaient pourtant tous cette structure commune, certainement héritée d’un passé commun. Ils ne priaient aucun Dieu, bien que leur respect envers la nature était tel qu’il s’apparentait presque à une religion avec des fêtes cérémonielles chaque saison.


Je vous parle ici de créature mesurant, en moyenne, deux mètres bénéficiant d’un intellect équivalant aux humains et de qualités physiques indéniables. En effet, les Léonides sont extrêmement robustes, agiles et puissants. Imaginez-vous un homme possédant la vivacité et la puissance d’un lion. Une créature associant à la fois les deux physiques comme les meilleures qualités de ces deux êtres. Je vous invite à visualiser la vidéo associée à cet article pour vous en donner une idée.




Les Leonides étaient aussi et surtout réputés pour être des guerriers redoutables. Et leur principale qualité fut également ce qui les mena à leur quasi-extinction.


Car oui à l’époque de la plupart de mes récits, les Leonides ne sont plus que quelques-uns, éparpillés dans un monde qui ne leur semble pas être le leur, luttant pour survivre.


À l’époque des Sombres Destins (rappelez-moi de revenir sur ce sujet si cela vous intéresse) alors que le monde d’Heldion était entre deux âges, des croyances mystiques ont décimé les clans d’hommes-lion. Il était alors de coutume d’organiser des combats de gladiateurs entre hommes bêtes et prisonniers de guerre. La recette la plus lucrative était de disposer d’un homme-lion ou d’un homme-dragon dans l’arène.
Leur vivacité, leur puissance et leur agilité assuraient, la plupart du temps, un spectacle incroyable et surprenant. D’ailleurs, n’importe quel héros pouvant prouver qu’il avait vaincu un Léonide gagnait immédiatement le respect de ses pères. Malheureusement cela entraînait des exactions sordides vis-à-vis de ces peuples. Il existait aussi de nombreuses recettes à base d’organes d’hommes-lion qui étaient censés vous rendre vigoureux, riche ou chanceux et qui encourageaient leur traque. 


Beaucoup d’hommes bêtes ont été persécutés à cette époque, mais les Leonides étaient, et de loin, les plus recherchés et traqués. Heureusement pour les survivants, le jour de la Grande Ratification, les hommes bêtes ont été élevés au même rang que toutes les autres créatures capables de parole et de réflexion. Malheureusement, cela fut décidé bien trop tard pour sauver cette ethnie et certaines grandes cités marchandes, s’enrichissant à l’aide de l’esclave, refusèrent de signer cet engagement. D’ailleurs, les anciennes croyances ont encore la peau dure et font des hommes bêtes, de manière générale, des êtres solitaires et méfiants à juste titre.


Des Leonides, on dit qu’il n’en resterait que quelques dizaines tout au plus. Ces guerriers extraordinaires, s’ils avaient été plus nombreux et organisés, et s’ils avaient possédé la haine des hommes, auraient pu se soulever et raser les grandes cités érigées par les hommes et les nains, qui leur ont le plus fait d’affronts. Ils sont grands, vifs et habiles, leurs principales erreurs ont été d’ignorer le monde qui les entourait pour vivre en paix dans la nature. La seconde a été être de vaillants guerriers qui ont nourri des légendes et l’avidité d’êtres riches et immoraux.


Il existe même un dicton dans l’empire Sitaro qui dit que : 
– Si tu croises deux Leonides dans la même journée, assure-toi d’être toujours en vie.


Cette citation indique la dangerosité de cette race presque éteinte, mais aussi et surtout la probabilité d’en croisé deux dans le monde des vivants.


Rassurez-vous, ils sont peut-être rares, mais leurs capacités, leur histoire et ce qui leur reste de culture feront d’eux des êtres qui s’inscriront dans les légendes d’Heldion.


Comment pourrait-il en être autrement de redoutables guerriers en quête d’idéal ne peuvent qu’inspirer mon imagination et vous offrir des récits vibrants et épiques ?


Comme d’habitude je vous laisse quelques liens si vous souhaitez en savoir plus sur les fabuleux Leonides d’Heldion. J’espère que cette rapide introduction à cette race et indirectement à quelques personnages de mon univers vous a plu. Faites-le-moi savoir dans les commentaires et si vous connaissez une ou plusieurs personnes susceptibles d’être intéressées par mon travail c’est le moment de le partager.


Bien sûr je vous invite à ne surtout PAS me suivre, ne PAS vous abonner et ne PAS liker mon travail, cela risquerait de me flatter, de me m’aider et de faire connaitre mon travail.


En attendant la prochaine histoire, je souhaite de bien vous porter.


Kenavo !




L'article en vidéo

Kenavo et portez-vous bien.

--------------------

Vous souhaitez découvrir plus d'histoires similaires ?
Mes livres sont là pour vous :


Et je vous ai concocté quelques surprises dans cet agenda dont une brève histoire bonus d'Ardeon :
Portez-vous bien en attendant une prochaine histoire et kenavo !






FANTASY BRETAGNE
FANTASY ARTS MARTIAUX
FANTASY MARTIALE

Commentaires

** TOUS LES ARTICLES DU BLOG ICI **

 







Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

LE PANTHÉON CELTIQUE (Mythologie Celte)

Suite à mes recherches sur les anciens dieux celtiques pré christianisation, voici les principales divinités que j'ai pu recenser. Celles-ci étaient sans doute vénéré par nos ancêtres avant d’être christianisées sous forme de saints ou considérées comme néfastes (voir diabolisées) par l'église chrétienne alors imposée. Il est important de remarquer que ces divinités représentent presque toutes un élément naturel ou cosmique, il est d'ailleurs parfois difficile de les nommer tant leur représentation est symbolique et interprété différemment selon le culte de chacun. Les divinités des Celtes du continent : - TARANIS : c'était la divinité principale, le dieu du tonnerre (taran) et des forces cosmiques (symbolismes : la roue et le foudre), il sera assimilé à Jupiter source - CERNUNNOS : dieu au crâne de cerf ("dieu au bois de cervidé"), c'était un dieu de la fécondité terrienne, du renouveau des forces de la nature, on

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required

PARTENARIAT AUDIBLE