Accéder au contenu principal

 





LE VÉRITABLE ENNEMI EST L'EGO !

Bonjour à tous !


 O-sensei Gichin Funakoshi, est à l'origine de karaté shotokan, mais il était aussi un homme de lettre et nous a laissé de nombreux textes.

Ses citations sont essentielles et donnent certaines indications précieuses quant à la manière de pratiquer et de vivre le Karaté-Do.
En voici quelques-unes :



Le véritable ennemi est l’égo :

Le Karaté-Do est un art noble. Ceux qui s’enorgueillissent d’êtres capables de casser des planches et de briser des briques, ou qui affirment êtres capables d’arracher des morceaux de chair à leurs adversaires, ne connaissent absolument rien au karaté. Ils jouent dans les branches et le feuillage d’un grand arbre sans avoir la moindre idée de ce que recèle le tronc.


Si un expert peut casser une planche épaisse ou un empilement de tuiles d’un seul coup. Chacun, je vous l’assure, en est capable avec de l’entraînement. Il n’y a là rien d’extraordinaire. N’y voyez pas le véritable esprit du karaté. Il s’agit simplement d’une démonstration de la puissance qu’un homme peut acquérir par la pratique, sans aucun mystère. On m’a souvent demandé si l’exercice de casse révélait le niveau d’un karatéka. Évidemment, non. Le Karaté-Do est l’un des arts martiaux les plus raffinés, et le pratiquant qui se vante de ses exploits à la casse, ou qui prétend pouvoir déchirer un adversaire et lui extirper les côtes, n’a qu’une vue très bornée de la véritable nature de l’Art.


Évitez la suffisance et le dogmatisme. Celui qui parle d’un ton supérieur ou marche en plastronnant dans les rues comme si elles lui appartenaient, celui-là ne sera jamais vraiment respecté même s’il possède d’indéniables compétences.


Lorsqu’on entre dans le dojo, il faut laisser son Moi à la porte. Le dojo, pendant les cours, est l’endroit sacré où l’on doit tuer son égo. Dans le dojo, on pratique la technique, on apprend à maîtriser son corps, ceci est la partie visible de l’iceberg. Le véritable combat est celui contre le Moi.


Connaissez-vous la différence entre un homme de petite envergure et un homme de Tao ? C’est simple. Quand un homme de petite envergure reçoit son premier dan, il court chez lui, grimpe sur son toit et hurle à la cantonade qu’il a reçu son premier dan. Quand il reçoit son deuxième dan, il parade dans la ville. Par contre, quand l’homme de Tao reçoit son premier dan, il baisse la tête en signe de gratitude. Quand il reçoit son deuxième dan, il baisse la tête et les épaules. Quand il reçoit le troisième, il courbe tout le haut de son torse en signe d’humilité, et silencieusement, il quitte les lieux. Il rentre chez lui en longeant les murs pour que personne ne le remarque. (Tao en chinois = Do en japonais : la Voie)


Quelques idées de livres a lire :



Et toujours deux e-books offerts sur ce blog :



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

MAIS QUI EST DANA ? (Mythologie celte)

Dana (on trouve aussi la graphie Danu), dans la mythologie celtique irlandaise est la déesse primordiale des Tuatha Dé Danann, les « gens de la déesse Dana », c'est-à-dire les dieux des Celtes avant la christianisation de l’île. Dans le Glossaire de Cormac (Sanas Cormaic, manuscrit du xe siècle de l’évêque Cormac de Cashel), elle est aussi appelée Ana et Anu. Elle est la mère du Dagda et de Lir. Elle serait à l’origine de l'installation de son peuple en Irlande, alors qu'il vivait dans les quatre îles au nord du Monde. Son équivalent dans la mythologie celtique galloise est Dôn. C’est une déesse panceltique. Il existe dans la mythologie brâhmanique une divinité nommée Danu qui a engendré une race de géants, les Danavas. La signification du nom pourrait être « donateur », « bienfaiteur » (en Inde, les Dânapati sont les donateurs des monastères bouddhiques et Dāna désigne le don), ce qui en fait une déesse de la fertilité et de la prospérité. Chez les Cel

LE PANTHÉON CELTIQUE (Mythologie Celte)

Suite à mes recherches sur les anciens dieux celtiques pré christianisation, voici les principales divinités que j'ai pu recenser. Celles-ci étaient sans doute vénéré par nos ancêtres avant d’être christianisées sous forme de saints ou considérées comme néfastes (voir diabolisées) par l'église chrétienne alors imposée. Il est important de remarquer que ces divinités représentent presque toutes un élément naturel ou cosmique, il est d'ailleurs parfois difficile de les nommer tant leur représentation est symbolique et interprété différemment selon le culte de chacun. Les divinités des Celtes du continent : - TARANIS : c'était la divinité principale, le dieu du tonnerre (taran) et des forces cosmiques (symbolismes : la roue et le foudre), il sera assimilé à Jupiter source - CERNUNNOS : dieu au crâne de cerf ("dieu au bois de cervidé"), c'était un dieu de la fécondité terrienne, du renouveau des forces de la nature, on

Vous en voulez plus ?

S'incrire

* indicates required