Accéder au contenu principal

Mes livres

 J'AI ÉCRIT CES LIVRES POUR VOUS :



QUE FÊTE ON VRAIMENT A NOEL ?


Ah Noël, se retrouver, faire la fête, le sapin, les cadeaux ... Cette fête chrétienne est encore très présente aujourd'hui sauf qu'elle n'est pas réellement chrétienne !

Savez-vous vraiment ce que l'on fête à Noël ?




La naissance de Jésus ? Sérieux ?

Non non, c'est la victoire du côté lumineux qui reprend de la force face au côté obscure !

Oui oui je ne blague pas, mais rien à voir avec Star Wars.



Concernant Jésus, ni le jour ni même l'année exacte de la venue du Christ au monde ne sont connus. Pour certains, qui s'appuient sur les rares indices laissés dans la Bible, cela se situerait plutôt au printemps.


En vérité il existe une fête occidentale le 25 décembre qui est bien plus ancienne : Yule : la fête du solstice d'hiver.

La fête de Yule : la lumière vs l'obscurité

 La fête s'observe en commémorant la mort du Holly King (Roi de houx représenté par le sapin) qui meurt tué par son successeur le Oak King (Roi de chêne représenté par le gui). Ce sont tous deux des dieux-arbres. Il existait la couronne horizontale, d'origine scandinave ou germanique, qui portait 4 bougies. Chaque dimanche, il était coutume d'allumer une nouvelle bougie, ce qui symbolisait la renaissance de la lumière. Rouge le plus souvent, les couleurs des bougies variaient cependant selon les régions.

LA LÉGENDE DES ARBRES ROIS

Dans la mythologie celtique, il y a un roi houx sombre, déguisé en troglodyte, et son jumeau, le roi chêne clair, déguisé en merle.



Chaque année, aux solstices d'hiver et d'été, ces dieux luttent pour la domination. En réalité, ces frères sont deux parties de la même chose, la croissance et la décroissance des cycles annuels de la Terre. Le roi houx règne sur l'année décroissante, de la Saint-Jean (Lugnasad) à Noël (Yule), et le roi des chênes régit l'année de la fin de l'année de Noël à la Saint-Jean. Le roi houx représente les ténèbres, la décomposition et la destruction, cependant, représente également la connaissance intérieure et les mystères. Le roi chêne, quant à lui, représente la lumière, la croissance et l'expansion. Ces deux puissants rois mènent une bataille symbolique pour remporter la couronne de l'année, à Yule lorsque le roi des chênes gagne, et au milieu de l'été lorsque le roi des houx gagne.


Pour les premiers Celtes, les arbres, en particulier le chêne, étaient considérés comme sacrés. Les chênes sont caduques, ce qui signifie qu'ils entrent dans un état dormant pendant les mois d'hiver. Le houx est à feuilles persistantes et conserve son feuillage toute l'année. Alors que le froid approchait et que les chênes perdaient leur feuillage, les houx, qui avaient été cachés au milieu des chênes feuillus, se distinguaient maintenant dans toute leur beauté dans le paysage aride. Au milieu de l'hiver, il semblait que le "Holly King" (roi houx) avait gagné et que son frère, le puissant "Oak King" (roi chêne), se tenait maintenant nu dans la défaite. Mais le Holly King n'a pas vraiment gagné la bataille, car alors que le Soleil commence à revenir, le Oak King se réveille et commence à rétablir sa suprématie, même si ce ne sera pas avant le milieu de l'été qui sera plein de feuillage. La bataille se poursuit au milieu de l'été lorsque le roi des chênes semble gagner, éclipsant et poussant son adversaire hors de vue, mais une fois de plus, les apparences sont trompeuses alors que le soleil recommence à partir  le roi des houx recommence à faire son apparition complète. Chose intéressante, c'est au moment où chaque roi est dans toute sa force et sa splendeur qu'il est vaincu par son adversaire. En dépit d'être des ennemis, sans l'un, l'autre n'existerait plus.


Le Holly King et le Oak King sont des personnifications de l'hiver et de l'été dans diverses traditions folkloriques et mythologiques. Les deux rois s'engagent dans une «bataille» sans fin reflétant les cycles saisonniers de l'année : non seulement la lumière solaire et l'obscurité, mais aussi le renouvellement et la croissance des cultures. Pendant les jours chauds du milieu de l' été, le roi des chênes est à la hauteur de ses forces; le roi des houx reprend le pouvoir à l'équinoxe d'automne, puis sa force culmine au milieu de l'hiver, moment auquel le roi des chênes renaît, reprend le pouvoir à l'équinoxe de printemps et perpétue la succession.


Heimdall : le véritable père Noël




Dans la mythologie nordique, Yule (Jól en norrois) est le moment de l'année où Heimdall (de son trône situé au pôle Nord) accompagné des Æesirs (l’'Ansuzgardaraiwo) revient visiter ses enfants, les descendants de Jarl. Ils visitent ainsi chaque foyer pour récompenser ceux qui ont bien agi durant l'année, et laissent un présent dans leur chaussette. Ceux ayant mal agi voyaient à l'aube leur chaussette emplie de cendres. Yule est aussi une fête où les gens de leur côté, et les dieux du leur, se rencontrent pour partager un repas, raconter des histoires, festoyer et chanter.


La fête d’Yule est associée à la naissance de bons nombres de Dieux païens et héros de tout horizons. On retrouve : Oedipe, Thésée, Hercule, Persée, Jason, Dionysos, Apollon, Mithra, Horus et même le roi Arthur.


Ainsi Jésus n'est que le petit dernier d'une tradition millénaire.


Voici de quoi réconcilier toutes les religions, a Noël nous fêtons le retour du soleil et des beaux jours auprès de ceux que l'on aime ... tout simplement.

Kenavo

PS: pensez à mes livres pour Noël :



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

MAIS QUI EST DANA ? (Mythologie celte)

Dana (on trouve aussi la graphie Danu), dans la mythologie celtique irlandaise est la déesse primordiale des Tuatha Dé Danann, les « gens de la déesse Dana », c'est-à-dire les dieux des Celtes avant la christianisation de l’île. Dans le Glossaire de Cormac (Sanas Cormaic, manuscrit du xe siècle de l’évêque Cormac de Cashel), elle est aussi appelée Ana et Anu. Elle est la mère du Dagda et de Lir. Elle serait à l’origine de l'installation de son peuple en Irlande, alors qu'il vivait dans les quatre îles au nord du Monde. Son équivalent dans la mythologie celtique galloise est Dôn. C’est une déesse panceltique. Il existe dans la mythologie brâhmanique une divinité nommée Danu qui a engendré une race de géants, les Danavas. La signification du nom pourrait être « donateur », « bienfaiteur » (en Inde, les Dânapati sont les donateurs des monastères bouddhiques et Dāna désigne le don), ce qui en fait une déesse de la fertilité et de la prospérité. Chez les Cel

LES SECRETS DU KATA ENPI (Wansu)

Demat les guerriers ! Enpi est un kata s'effectuant sur un rythme plutôt rapide, il est caractérisé par ses pivots, ses fluctuations du niveau de votre centre de gravité, mais également par sa technique de poignet. Il existe peut-être 100 katas à travers les différentes formes de karaté, chacune avec de nombreuses variations mineures. Le nombre de mouvements dans un kata peut être désigné par le nom du kata, par exemple. Gojushiho, qui signifie "54 étapes". Le nombre de mouvements peut également avoir des liens avec la spiritualité bouddhiste. Le nombre 108 est significatif dans le bouddhisme, et les kata avec 54, 36 ou 27 mouvements (diviseurs de 108) sont communs. Il est généralement conseillé au pratiquant de visualiser les attaques ennemies, et ses réponses, comme se produisant réellement, et les karatékas sont souvent invités à "lire" un kata, pour expliquer les événements imaginés. Les multiples noms du kata ENPI !?! 😱😰 Enpi -  Empi

Vous en voulez plus ?

S'incrire

* indicates required