Accéder au contenu principal

 





KOSAKU MATSUMORA - LÉGENDE DU TOMARI-TE

Demat les guerriers !

Bienvenue pour un nouvel article sur :




Matsumora Kōsaku vécut de 1829 à 1898, il fut une légende du Tomari-te.

ATTENTION à ne pas confondre avec Sokon "Bushi" Matsumura !

Si vous aussi les grands maîtres du passé vous inspirent, voici un article fait expressément pour vous ! 

J’espère qu'il va vous décoiffer ... 💇 

... bon au moins vous motiver à vous entraîner encore et encore et a découvrir d'autres maîtres et d'autres expériences au sujet des arts martiaux.

Qu'est-ce que le Tomari-te ?


Le Tomari-te, que l'on peut traduire par « Main de Tomari », est un style de karaté qui s'est développé sur l'archipel d'Okinawa dans le village de Tomari.

Il est l'un des trois styles qui émergea à Okinawa sous l’influence des arts martiaux de Chine, avec le Naha-te de la ville de Naha, et le Shuri-te de Shuri.

Le Tomari-te était très proche du Shuri-te, car leurs racines étaient les mêmes. Aujourd'hui il a évolué en Shorin-ryu. Mais c'est le Shorin-ryu issu du Shuri-te qui est à la base du Shotokan-ryu, du Wado-ryu, et du Kyokushin et de la plupart des styles, même si les liens sont parfois complexes (je détail les styles de karaté dans cet article).




Le Tomari-te fut influencé des techniques de combats venant de Chine du nord, notamment le Shaolin kempo.

La plus ancienne figure connue, comme pratiquant ce style, comme pour le Shuri-te, est Shinjo Choken, membre de la cour du roi, vers la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe.

Puis, apparut Kanga Sakugawa, appelé aussi "Tode Sakugawa" (Sakugawa main de Chine), mais nous parlerons de ce personnage dans un autre article. 👀👊


Qui était Kōsaku Matsomora ?



Il a d'abord étudié le Tomari-te avec Karyu Uku puis avec Kishin Teruya qui lui enseigna les katas "Rohaï" (Matsumora Rohaï, ou Koshiki Rohaï), "Wanshu" et "Wankan".

Il fut aussi disciple de "Sōkon Matsumura". C'est à partir de là, que le Tomari-te devient partie intégrante du Shōrin-Ryu.

Anecdotes :


Le curieux naufragé


Un jour, alors qu'il s'entraînait avec quelques condisciples dans le jardin de Kishin Teruya, il s'aperçut que quelqu'un les regardait en connaisseur par-dessus le mur. Kōsaku, avec dérision, lui demanda de leur donner une leçon. Mais, il s'avéra que c'était un expert chinois en Arts martiaux, un commerçant du nom de Annan (connu aussi sous le nom de Chintō, du fait qu'il enseignait un kata ainsi nommé). Il était à Okinawa car son bateau avait fait naufrage, et il leur enseigna les katas "Chintō", "Chinteï", "Jin" et "Jitte".


La fuite :


L'histoire raconte que Kōsaku Matsumora est devenu célèbre à l'âge de 20 ans en volant le sabre d'un samouraï Satsuma en utilisant une « serviette humide » comme une arme. Matsumora aurait développé une technique à l'aide d'une serviette humide  qu'il avait portait dissimulé à l'intérieur de son vêtement. Matsumora aurait frappé les samouraïs avec la serviette humide avant de se saisir d’un de leurs katanas. Dans l'action, Matsumora aurait perdu un pouce. Il aurait ensuite jeté le pouce et l'épée dans la rivière voisine Asato. L'histoire officielle vient de Shoshin Nagamine .

Cet événement était tellement insultant pour les suzerains japonais que Matsumora serait devenu un héros populaire du jour au lendemain à Okinawa. Mais il dû quitter Tomari un certain temps, à cause de cette altercation avec un samouraï du "Clan Satsuma" qui dirigeai Okinawa (ce clan japonais avait envahi l'archipel un siècle et demi plus tôt). Il n'est revenu que lorsque ce samouraï quitta Okinawa pour rentrer au Japon.

Cette histoire me fait pensé à une vidéo de Jesse Enkamp illustrant l'utilisation d'un simple tissu comme arme :

...

WOW je ne trouve plus la vidéo ! Si vous la trouvez, laissez-moi le lien en commentaire svp.


Le défi !


Plus tard, il avait la soixantaine quand, Kentsu Yabu et Choyu Motobu, deux parmi les meilleurs disciples d'Itosu Ankō qui leur avait parlé avec beaucoup de respect et d'éloges de Kōsaku Matsumora, souhaitaient le défier, pour le tester. Après avoir essuyé plusieurs refus, ils sont revenus encore, mais cette fois, au lieu de frapper à la porte, ils sont passés par derrière, par le jardin.

Surpris de leur présence, il ne put, cette fois, que relever le défi, mais en fixant ses règles. Il leur a donc demandé de se mettre à deux et de le soulever ou de le faire bouger. Ils n'ont pas réussi à le décoller du sol. Après quoi, le reconnaissant comme un "Maître", ils ont bu le thé et écouté ses préceptes sur les "règles de la politesse".

Ses deux principaux disciples furent Chotoku Kyan, et Chōki Motobu.

J'espère que cet article vous aura plu.
Si c'est le cas vous allez adorer ce livre :



Si vous avez d'autres informations à me communiquer sur ce maître faites-moi plaisir et laissez un commentaire pour partager vos connaissances aux autres lecteurs et à moi-même.

Merci d'avance.



Kenavo !


Pour aller plus loin ensemble :





Commentaires

 





Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required