Accéder au contenu principal

 





LES DRAGONS CELTES !

Demat !


Avez-vous remarquez l'omniprésence des dragons dans la culture Celte ?





Parlons-en aujourd'hui, et vous allez voir que les bretons et les dragons c'est une vielle histoire d'amour !

Quand je vous dis que "Game Of Thrones" c'est du pipi de chat a côté de notre histoire, croyez-moi ! 😸🙆

Les Dragons dans la mythologie Celte et Bretonne !



Dans la tradition celtique, le dragon est symbole de puissance et de fertilité. Il est aussi un messager entre les vivants et les morts. Il est une créature respecté et orne encore aujourd'hui de nombreux drapeaux. Les dragons se trouvent généralement dans des rivières ou des marécages. Leur colère provoque d'importantes catastrophes naturelles et occasionnellement des épidémies mortelles. Ils sont la nature mystérieuse et puissante qu’il faut combattre ou maîtriser.



Lors de la christianisation, l’église s’est appropriée les anciennes représentations païennes du dragon. Il devient alors le symbole de la victoire de l'église sur les anciennes croyances. De nombreux Saint ont, soit vaincu, soit dompté un dragon (comme Saint Michel au mont du même nom, autrefois nommé mont tombe). Il perd alors son caractère ambivalent pour devenir mauvais. Sous forme de gargouille, il orne fréquemment les églises.

Les dragons étaient, pour les Celtes, des indicateurs de lieux de grande puissance. Là où les dragons marchaient, l'énergie mystique coulait et où ils désiraient étaient invariablement des lieux de grande sainteté et d'harmonie mystique. «Le Chemin du Dragon» aurait été le terme celtique pour les lignes telluriques.



Le dragon sur les drapeaux celtes et bretons :



Pays de Galles


Le Dragon, emblème du Pays de GallesLa légende Galloise parle un combat épique acharnée entre le dragon rouge du pays de Galles et le dragon blanc de l’Angleterre. Au cours de la bataille, le dragon blanc prit l'avantage et réussit à capturer son rival. Mais ce dernier réussit à s’échapper et attaqua de nouveau pour cette fois l'emporter.
Ce dragon vainqueur est aussi à l’origine de la devise galloise : "le Dragon Rouge Donne de l’Elan" (Y Ddraig Goch Ddyry Cychwyn en gallois).


Le Tregor en Bretagne

Le drapeau du Pays du Trégor (Bro Dreger) a été réalisé en 1997 par le président de la société bretonne de vexillologie, Bernard Le Brun. Son drapeau jaune paré d'une croix noire sont inspirés des armoiries de saint Yves, le saint patron de Bretagne natif de Tréguier. En son centre, il arbore un grand dragon rouge, l'emblême de saint Tudwal (Tugdual), saint patron du Trégor et l’un des 7 saints fondateurs de Bretagne.

Pourtant, selon l'historien lannionnais Jean-Jacques Monnier, la présence du dragon rouge aurait existé avant saint Tugdual. Du temps des armées romaines, les soldats venus de l'actuel Iran utilisaient des dragons rouges qui, brandis dans le vent, faisaient du bruit et peur à l'ennemi.
Ces soldats ont été en contact avec les soldats bretons de Grande-Bretagne de l'armée romaine. Ces derniers ont repris ce symbole quand, plus tard, ils ont combattu les tribus germaniques, les Angles et les Saxons.

Au VIe siècle, cela a donné des histoires entre dragons rouges et leurs adversaires symbolisés par des dragons blancs, qui ont été mis par écrit au IXe siècle. On retrouve ces dragons rouges dans les légendes arthuriennes et Galloise comme nous l'avons vu plus haut. Par la suite, on a d'ailleurs très longtemps désigné les régiments de cavalerie par le terme dragon. »



La legende de Master Stoorworm



C’est l’histoire d’un gros dragon qui mangeait énormément nommé Master Stoorworm et qui baillait 7 fois tous les matins.

Au septième bâillement il ouvrait grand la bouche et sa langue attrapait 7 choses au hasard, humains ou objets.

Un jour le Roi Herald décida de le combattre et promit la main de sa fille 👸 et son épée personnelle à celui qui réussirait à se débarrasser du dragon.



36 guerriers décidèrent de partir au combat mais aucun d’entre eux n’arriva à le tuer, la peur l’emportant bien souvent sur leur courage.

Le Roi fit préparer un bateau afin d’aller combattre la bête mais un jeune garçon du nom de Jamie s’en empara une nuit, avec pour toute arme un pot en fer et de la tourbe.

Jamie profita d’un bâillement pour s’engouffrer dans la bouche du dragon avec le bateau puis une fois dedans, il pagaya jusqu’à atteindre le foie et alluma un feu avec la tourbe. Master Stoorworm se tordit de douleur ce qui permit au jeune garçon de ressortir par le même chemin.

Le monstre lutta mais plus il se débattait plus ses dents tombaient.

On dit que l’une de ses dents tomba et créa l’archipel des Orcades dans le Nord de l’Écosse, une autre créa les Shetland au-dessus des Orcades enfin une dernière créa les Iles Féroé, archipel situé entre l’Écosse et l’Islande. (Un peu de géographie au passage 😁)

Quand il mourut son corps tomba en morceaux et créa l’Islande.







J'espère que cet article vous aura plu.

Si c'est le cas, vous allez adorer ce livre :


Si vous avez d'autres informations à me communiquer sur ces légendes faites-moi plaisir et laissez un commentaire pour partager vos connaissances aux autres lecteurs et à moi-même.

Merci d'avance.



Kenavo !

Commentaires

 





Posts les plus consultés de ce blog

MÉMOIRE DU CORPS - G. FUNAKOSHI

L’ÎLE MYSTÉRIEUSE DE TANGUETHEN

DEMAT !!! Aujourd’hui cette île ce nomme Saint Michel.   L'île Saint-Michel est située dans la rade de Lorient, entre Locmiquelic et Lorient. L'île accueille le monastère de Saint-Michel construite sur un ancien Tumulus qui abriterait la dépouille d’un grand guerrier, donnant naissance au nom de la ville de Locmiquelic (Petit Saint Michel). Elle est désormais inhabitée. J’ai dit inhabitée ? Pas tout à fait, elle sert officiellement de terrain d’entraînement pour les fusiliers marins et commando de la base de Lorient (56). Cette île est donc inaccessible pour les civils, pourtant elle dispose d’une longue et mystérieuse histoire. Son véritable nom, ou du moins le plus ancien connu, est Tanguethen. En breton Tan signifie feu, Guethen est plutôt associé à un nom propre, selon certains dires, celui d’un guerrier que l’on retrouve de manières aléatoires (Guéthenoc, Guehen, Guehennec, Guezhen...). Tanguethen a aussi été traduit par « éclair de feu », « éclat de feu 

CITATIONS DES MAÎTRES - Le Livre en vidéo

Voici une toute nouvelle vidéo pour présenter le livre : Plus de 300 autres citations des grands maîtres ici ! NOUVEAU : CE LIVRE EST MAINTENANT ILLUSTRE  Cherchez-vous des citations inspirantes ? Vous les trouverez a coup sûr dans ce recueil de citations de grands maîtres des arts martiaux tels que : Gishin Funakoshi, Taiji Kase, Lao Tseu, Mohihei Ueshiba, Miyamoto Musashi , Jigoro Kano , Kyuzo Mifune , Bruce Lee.  Ces citations, parfois très anciennes, sont néanmoins toujours très actuelles et s'appliquent parfaitement à notre vie moderne que l'on soit pratiquant ou non. Vous y découvrirez également une description de chaque auteur afin de mieux appréhender les contextes dans lesquels elles ont été citées.  Bonne lecture à tous ! Livre "Citations des maîtres" sur lulu.com Livre "Citations des maîtres" sur Amazon

LE CALENDRIER CELTE

Bonjour à tous ! Aujourd'hui je souhaite partager avec vous le résultat d'une partie de mes recherches pour écrire mon dernier livre :  MOJENN: Légendes & Nouvelles . LE CALENDRIER CELTE Le calendrier celtique était le calendrier de la civilisation celtique. Selon les sources irlandaises, l’année celtique était rythmée par quatre grandes fêtes religieuses au caractère obligatoire, dont deux majeures : Samain au 31 octobre ou 1er novembre (selon notre calendrier) et Beltaine au 30 avril ou 1er mai, et deux de moindre importance : Imbolc le 1er ou le 2 février et Lugnasad le 1er août. La source majeure qui nous renseigne sur le calendrier celtique est le calendrier de Coligny, qui date de l'époque gallo-romaine. Les fêtes du calendrier, symbolisées par les huit rayons d’une roue, marquaient les moments importants de l’activité humaine et d’une aventure eschatologique liés à l’année. Solstices et équinoxes, représentés par quatre rayons, formaient les deux

POURQUOI LES KARATE-GI SONT BLANCS ?

Bonjour à tous ! Savez-vous pourquoi la plupart des Karaté-Gi sont blancs ? Il existe plusieurs histoires et légendes qui l'explique et je vais me faire un plaisir de vous les écrire 😉. Avant cela, je vous rappelle que je vous fournis gratuitement mon eBook "Débuter et se perfectionner en Karaté Do" afin de vous aider à progresser plus vite. Je vous mets le lien en fin d'article. Saviez-vous que le karaté ne se pratiquait pas en karate-gi avant Gichin Funakoshi (1922)? Autrefois, alors que le karaté ne s'appelait pas encore karaté, mais To-De, les pratiquants ne portaient pas le « keikogi » (tenue d’exercice) et encore moins un karate-gi tel qu’aujourd’hui. On pratiquait alors avec ses habits quotidiens, souvent torse nu ou en sous-vêtements, pour ne rien abîmer. J'en parle plus en détail dans l'article :  5 CONSEILS POUR CHOISIR SON KARATE-GI (KIMONO) C'est en 1922, alors que Jigoro Kano demande une démo

Vous en voulez plus ? Voici la newsletter :

S'incrire

* indicates required